Apocalypse World

Ça faisait longtemps que je n’avais plus acheté un jeu et l’annonce d’une version française de Apocalypse World, de Vincent D. Baker – soutenue par un bombardement publicitaire orbital de la part de son traducteur, Greg Pogorzelski – avait attiré mon attention.

À vrai dire, j’avais déjà acheté la VO du jeu en PDF et j’en avais été passablement déçu. Peut-être le format numérique ou la confusion engendrée par la structure non conventionnelle du bouquin, mais je n’avais rien panné au système et j’avais lâché l’affaire.

Cette version française est plus claire; c’est une bonne nouvelle. En même temps, pour faire plus obscur, il aurait fallu la traduire en klingon et transcrire le tout en tengwar. Elle n’est pas pour autant claire.

Quand je parle de « structure non conventionnelle », je ne plaisante pas! L’auteur a la fâcheuse idée de balancer des concepts sans les expliquer immédiatement; quand il est gentil, il renvoie à la page où c’est expliqué, généralement quatre chapitres plus loin. Et Vincent Baker n’est pas quelqu’un de gentil.

C’est un des autres points qui me dérangent dans Apocalypse World – oui, parce que, tant qu’à faire, je vais déjà évacuer les choses qui m’agacent, pour commencer. Le MC (maître de cérémonies; c’est le nom du MJ dans le jeu) est censé martyriser les personnages de ses joueurs, leur rendre la vie « intéressante ». C’est un point de vue, mais un que je n’apprécie pas trop.

Le dernier point qui m’a ennuyé, c’est que je suis tombé sur un des bouquins de la première série, dont la reliure a eu du mal à survivre à deux lectures (dont une dans le bus, soit, mais mes livres de poche des années 1970 survivent mieux que ça).

Bon, les trucs négatifs, c’est fait! Passons à ce qui m’a bien plus dans Apocalypse World.

D’une part, il y a l’idée de codifier – parfois à l’extrême – la partie de jeu de rôle, en posant des règles non seulement pour le système de simulation, mais sur le système de jeu en général: que doivent et peuvent faire les joueurs et leurs personnages, que doit et peut faire le MC. J’aime bien, parce que ça permet d’avoir une idée claire de ce qu’est un jeu de rôle, même si on n’a jamais joué.

Ensuite, si les personnages sont définis par cinq caractéristiques/qualificatifs (Cool/Dur/Sexy/Rusé/Zarb) et des actions spéciales dépendant de leur archétype, il n’y a pas réellement de compétences. À la place, il y a des actions de base, comme « Prendre de force », « Manipuler », « Agir face au danger » ou « Faire le point »; dans l’idée, toutes les actions que peuvent faire les personnages se réduisent à l’une des huit actions de base.

Il y a quelques subtilités, comme un système de relations et d’expérience assez surprenant, mais pas idiot, plus un système pour gérer le matériel qui colle bien avec le contexte post-apo du jeu de base, mais qui me paraît plus difficile à adapter ailleurs.

Oui, parce qu’à la base, Apocalypse World est un jeu post-apo. Comme son nom l’indique. Cela dit, c’est aussi un système qui est conçu pour des parties qui mettent l’accent sur les actions des personnages et qui demandent explicitement peu de préparation de la part du MC. Si ce dernier prépare des scènes à l’avance, il n’a pas compris le jeu.

C’est une approche que je trouve intéressante – peut-être précisément parce qu’elle va à l’encontre de mes habitudes personnelles, d’ailleurs. Ceux qui ont lu mon précédent article sur la campagne « Devoir de mémoire » pour Tigres Volants voient sans doute où je veux en venir.

Bref, Apocalypse World est un jeu que j’ai trouvé intéressant par ses principes et par ses mécaniques, peut-être même révolutionnaire dans ce qu’il implique dans la manière de jouer. Il est cependant desservi par une forme et une structure pas toujours évidente à comprendre; la VF aurait sans doute mérité une organisation interne remaniée (ou, à tout le moins, plus de références croisées).

Est-ce que j’ai envie d’y jouer? Oui et non. Le post-apo et moi, on n’est plus trop copains et l’approche très « sang et tripes » décrites dans le bouquin ne me fait pas spécialement envie (et, quand bien même, avec ma bande d’excités habituelle, j’aurais rapidement droit à du Robot Chicken Mad Max). Par contre, je m’intéresse fortement à toutes les variantes « apocalypse-powered » et il n’est pas exclu que je me lance sur un autre univers, mais avec le même système.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

21 réponses

  1. Ay Kless dit :

    Les jeux post-apo ne sont pas monnaie courante dans le jdr, si tu es intéressé par le genre je te conseille vivement « Vermine », un jeu hélas plus édité, mais qui se trouve en PDF.

    Son système de jeu est très complet et facile.
    Dotée de différentes jauges simulant la fatigue physique et morale.
    L’univers quand à lui est brillant et fouillé.
    Ici pas d’apocalypse en tant que tel mais plutôt une lente érosion du statut d’humain. (40 ans)
    L’humanité n’est plus en haut de l’échelle alimentaire. Son savoir n’est gardé que par quelques « anciens » tandis que les « jeunes » s’adaptent progressivement au changement.

    « Le cadre de jeu de Vermine est celui de l’Europe en 2037 : une Europe dangereuse et délabrée, où l’homme tente de survivre face à une nature devenue hostile. A la différence des autres jeux du même thème, l’histoire de Vermine ne décrit aucun cataclysme destructeur, aucun bouleversement soudain. Mais il extrapole à partir de la situation écologique du début du XXIème siècle : une rapide détérioration des conditions de vie, qui en une génération balaye pratiquement l’homme de la surface de la Terre. Vermine évoque ce qui arriverait à la Terre si la nature mettait toutes ses ressources en œuvre pour se débarrasser de cette pandémie qu’est la civilisation humaine… » Le Grog.

    Si tu cherches les pdf, je les ai…
    La G.A.R.D.E ça avance d’ailleurs?

    • Alias dit :

      Houla, non. Non, mais non.

      D’une part, je ne suis pas intéressé par les jeux post-apo, d’autre part la lecture de quelques pages du livre de base de Vermine a été suffisante pour me filer des cauchemars.

      Je ne dis pas que c’est un mauvais jeu, juste que c’est un jeu auquel je n’ai pas du tout envie de le lire plus avant et encore moins d’y jouer.

  2. Roboduck dit :

    Tu me grilles au poteau, je suis dans les 50 dernières pages 😉

    Ton avis est intéressant. L’opinion que je me suis faite jusqu’à maintenant ressemble fort à la tienne. D’ici quelques jours, sans doute, la chronique sur mon blog.
    Roboduck Articles récents…Tzolk’inMy Profile

  3. fxguillois dit :

    j’ai une proposition, auto censurons nous sur les dix prochains paragraphes qu’on aurait envie de commencer par Bref, … Histoire ne pas laisser le langage se plier à l’effet de mode.
    Sinon, ca donne pas trop envie de l’acheter avec ton article, c’était peut-être le but ? par contre feuilleter le système à l’occasion en boutique, oui 😉 racheter un bouquin en français après l’avoir pas aimé en anglais, tu es vraiment influençable ou tu as des sous à perdre ? 😉

    • Alias dit :

      Ah non, l’idée n’est pas de dire que ce n’est pas bon. Le contexte ne me convient pas et l’organisation est un chouïa bordélique, mais je suis plutôt bluffé par le système.

  4. Roboduck dit :

    J’ai commencé à écrire (fiévreusement) ma critique d’AW, mais je voulais juste dire ici que je ne suis pas d’accord avec ta vision de « martyriser » les joueurs (comme quelqu’un l’a déjà fait remarquer sur G+). Au contraire, Baker encourage le MC à donner aux joueurs ce qu’ils veulent, simplement sous condition. Je trouve que c’est un point de vue remarquable quand on voit le nombre de MJs qui semblent plutôt portés à antagoniser leurs joueurs.
    Roboduck Articles récents…Décoloniser l’imaginaireMy Profile

    • Alias dit :

      Je pense que mon ressenti tient beaucoup au style d’écriture, parfois brutal, de l’ouvrage. La réalité (ou, plutôt, l’intention de l’auteur) est probablement plus proche de ce que tu décris.

  5. midnyt dit :

    Si tu aime le moteur mais pas le contexte, tu peux essayer Tremulus, la version Horreur Lovecraftienne. J’adorerais y jouer mais en temps que maitre de jeu, le fait de jouer avec une ébauche de scénario me terrifie un peu (en fait, tu as une intrigue, mais pas de résolution définie). En tout cas, c’est interessant à lire et le PDF non illustré est disponible gratuitement :

    • Alias dit :

      Vous vous êtes donnés le mot pour me proposer des hacks dans des contextes que je n’aime pas, ma parole! 🙂

      Perso, je m’intéresse plus à un bidule comme Monster of the Week, qui semble correspondre déjà plus à mes branquignols de joueurs.

  6. BBS dit :

    Je ne sais pas se que tu pense du Med-Fan, mais il y a l’excellent Dungeon World dispo sur Drive Thru RPG : http://rpg.drivethrustuff.com/product/108028/Dungeon-World?filters=0_0_0_0_40030&affiliate_id=247740
    BBS Articles récents…Fortunes de MerMy Profile

    • Alias dit :

      Mauvaise pioche 🙂

      Cela dit, j’ai entendu beaucoup de bien de Dungeon World.

      • BBS dit :

        Bon, bah tu prend ton bouquin d’Apocalyps World, tu vas à la fin ou se trouves les astuces de hack et tu nous sort un Tigres Volants World…

        • Alias dit :

          Je suppose que ça ne serait pas complètement impossible, mais ça doit impliquer un certain nombre de bricolages un peu bizarres pour que ça fonctionne: Tigres Volants n’est pas un jeu à archétypes. Ou pas que.

          Et puis il faudrait trouver un truc pour simuler les cultures (peut-être avec des Hx) et les bonnes nouvelles/mauvaises nouvelles.

  7. erwik dit :

    si tu veux j’ai dans mes cartons une traduction / adaptation / amélioration d’un truc sur le catch de la WWE ! Comment ça c’est pas non plus un univers qui t’intéresse lol
    et sinon moi j’ai découvert Apocalypse World en ayant acheté Dungeon world la boite rouge et j’avoue que le système semble méga super bien ou ne pas marcher du tout^^
    erwik Articles récents…Débuter le jeu de rôleMy Profile

    • Alias dit :

      Il a une approche suffisamment radicale sur certains points qu’à mon avis, il y a pas mal de joueurs qui vont soit l’adorer, soit le détester. Je sais par expérience que certains ont du mal à se faire à l’approche très ouverte du point de vue des scénarios.

      • erwik dit :

        yep, plus que le système ouvert (les fronts et dangers) que je trouve sympa et adaptable à d’autres jeux, ce qui m’a fait tiquer c’est les actions du meneur de jeu, impression que ça risque de brider ma liberté en tant que MJ et/ou que ça ne puisse pas forcément couvrir toutes les situations
        erwik Articles récents…Un jeu de rôle c’est…My Profile

  1. 21/01/2017

    […] Un retour sur Apocalypse World par Alias […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :