Shining+Enslaved: Armageddon Concerto

Je crois qu’il n’y a qu’en Norvège qu’un festival de jazz invite deux groupes de métal extrême, Shining et Enslaved, pour créer une composition originale d’une heure et demie qui s’appelle Armageddon Concerto. Certes, je sais bien qu’en là par chez nous, on a un festival dit “de jazz” qui invite Yes ou Alice Cooper, mais ce n’est pas le même calibre.

J’ai découvert l’existence de ce projet de furieux en parcourant la bio de Shining sur Wikipédia, alors que je préparais mon article sur leur dernier album One One One et, dit comme ça, ça tabasse pas mal. Je vous le traduis:

En octobre 2007, Shining fait une tournée européenne en première partie du groupe de black métal progressif Enslaved. Les concerts se terminent habituellement avec les deux groupes faisant une reprise du 21st Century Schizoid Man de King Crimson. Après avoir vu une vidéo d’une de ces reprises, le comité de programmation du Moldejazz a engagé les deux groupes pour écrire et jouer ensemble un morceau de 90 minutes.

Armageddon Concerto (sous-titré “Nine Nights in Nothingness – Glimpses of Downfall”) est une sorte d’OVNI musical que j’ai galéré comme un malade pour trouver. Je ne vous dirai pas où; c’est un enregistrement radio (avec des vrais bouts de norvégien dedans), donc moyennement légal, mais ça se trouve avec un peu de recherche; c’est pour cela que Google a créé, ben, Google justement. Il en existe quelques extraits en vidéo, mais pas assez pour se faire une idée.

“OK, me direz-vous, garde tes petits secrets, mais dis-nous au moins ce que ça vaut.” En résumé, c’est bizarre. Mais ça, je suppose que vous en vous doutiez au moment où j’ai évoqué les noms de Enslaved, Shining et King Crimson…

C’est un morceau en grande partie instrumental, ce qui n’étonnera personne, qui comporte neuf tableaux plus ou moins furieux. L’ambiance est lourde, plombée; pas de doute: c’est la fin du monde, le Jugement Dernier, et ça ne va pas se passer dans la sérénité. Métal extrême et jazz avant-garde se croisent de façon brutale, façon collision frontale, et personne ne va faire de constat.

De manière générale, on reconnaît bien les styles distincts des deux groupes: au black métal progressif de Enslaved (un tiers Pink Floyd, deux-tiers black) répond le jazz-métal en folie de Shining, saxophone hystérique et chaos généralisé. Mais, de temps en temps, les deux styles se mélangent; on a également droit à quelques séquences bizarres, dont une partie récitée.

Un peu comme avec One One One, j’ai du mal à dire si j’aime ça ou non. C’est intéressant et, clairement, on est dans un domaine musical qui a tout du sommet himalayen: on en chie pour y arriver, on perd beaucoup de monde en route (je crois même avoir vu passe un yéti) et, une fois en haut, l’oxygène est rare – mais la vue est splendide. Par contre, ce n’est pas exactement un objet des plus facile à écouter (sans même parler de le trouver).

Si vous arrivez à mettre la main dessus, vous tenez sans doute une ambiance musicale des plus originales et déroutantes pour des contextes de fin des temps, mais il ne faudra pas pleurer si vous avez les oreilles qui saignent (ou si vos joueurs vous jettent la table sur la tête).

Le maelstrom psychique d’Apocalypse World a désormais sa bande-son.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Shining+Enslaved: Armageddon Concerto”

%d blogueurs aiment cette page :