Arpentons la Sphère

Bon, vous vous souvenez des eng^Wdiscussions au sujet de la carte de la Sphère? Eh bien je m’y suis mis. Mais, comme je suis incapable de faire les choses de façon simple et raisonnable, j’ai pris l’option complexe et déraisonnable.

En fait, peut-être pas si complexe que ça sur le long terme, au vu des résultats.
Mais commençons par le commencement. Le problème principal d’une carte stellaire, c’est comment représenter la troisième dimension sur un plan. J’ai prévilégié la méthode simple: on rajoute l’élévation sur l’axe des Z en légende. De toute façon, à moins d’inventer un projecteur holo à inclure dans le livre de base (comme cela m’a été suggéré par des fans serviables), cette carte servira principalement à se faire une idée de la chose.

Or donc, j’ai les coordonnées de près d’une centaine de planètes. Je pourrais, bien sûr, poser tranquillement des petits ronds sur une carte et y accoler des légendes. Pour ceux qui n’ont jamais fait ce genre de choses à la main, croyez-moi sur parole: c’est chianf. En plus, je me suis assez rapidement aperçu que pas mal de ces coordonnées étaient, au mieux approximatives, au pire absurdes. Pas bien.

J’ai donc fini par me laisser embarquer par ma mégalomanie coutumière et je me suis lancé dans un Grand Projet d’automatisation. En d’autres termes, de programmation.

J’ai une excuse: j’avais bu.

Je vous passe les déboires habituels de ce genre de choses. J’insisterai seulement sur le fait que, malgré le scepticisme prononcé de nombreuses personnes (moi-même y compris), j’ai fini par avoir un machin qui fonctionne. Le machin en question implique une base de données FileMaker Pro (pour les noms et coordonnées des étoiles), Adobe Illustrator (pour faire la carte elle-même) et AppleScript (pour lier tout le bazar).

AppleScript, c’est bien — quand on sait ce qu’il faut faire. Il est documenté de façon sommaire, genre “voilà les commandes, démerdez-vous pour faire fonctionner tout ça”. J’ai dû aller écumer les sites de scripteurs (tels que macscripter.net) pour avoir des indices sur comment faire ce que je voulais.

Enfin bon, donc ça tourne: on lui donne un fichier FileMaker avec noms, appartenance politique, coordonnées et si c’est un monde important ou pas; il place les mondes sur la carte, avec la couleur et sur le calque ad hoc, par nation, et rajoute nom et position si c’est un monde important.

Comme je vais sans doute devoir bouger pas mal de planètes, histoire d’avoir quelque chose de plus vraisemblable au niveau des frontières, ça va me permettre de pouvoir le faire sans trop me prendre le chou.

Avantage ultime: comme toutes les coordonnées sont au même endroit, ce sera ensuite plus facile pour faire une table des distances insterstellaires.

En bref, Alias content!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Arpentons la Sphère”

%d blogueurs aiment cette page :