Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002
Avenue 5

Avenue 5

Avenue 5, c’est le nouveau paquebot stellaire de Judd Galaxy. Et. pour son premier voyage, il emporte ses riches passagers pour une croisière dans le système stellaire. Jusqu’à ce que la seule personne qui sache réellement comment fonctionne le vaisseau ne meure dans un accident bête.

Avant toute chose, précisons que cette série, en neuf épisodes d’environ trente minutes chacun, est une comédie. Du genre grinçante. Parce que, fondamentalement, elle repose sur la question « que se passe-t-il dans un navire en perdition rempli d’imbéciles? »

Qui plus est, d’imbéciles riches. Et un vaisseau construit sur des contraintes budgétaires intenables et reposant uniquement sur le paraître.

Prenez le charismatique capitaine Ryan Clark, par exemple. C’est un acteur. Quelque part, on dirait presque que c’est Hugh Laurie qui interprète son propre rôle. En acteur, il est plutôt bon, mais pour le reste (genre, piloter un vaisseau), il est incompétent. D’ailleurs, toutes les membres d’équipage de la rutilante passerelle sont des acteurs.

Pour ne rien arranger, le propriétaire du vaisseau, Herman Judd, est également à bord. C’est aussi un imbécile, mais comme il est multimultimilliardaire, personne ne dit rien. Il y a bien son bras droit, Iris, qui essaye de gérer les choses, mais même elle est prête à s’aplatir devant les lubies de son patron.

On peut aussi parler du chef des relations publiques, Matt, qui est juste complètement à côté de la plaque, tout le temps. Du comique systématiquement pas drôle (ou alors par erreur). De l’ancien astronaute, obsédé sexuel et alcoolique. Ou des passagers, emmenés par une Karen. Oui, elle s’appelle vraiment Karen.

En fait, la seule qui semble savoir ce qu’elle fait, c’est Billie, l’assistante de feu l’ingénieur de bord, mais même elle est rapidement dépassée par le niveau d’idiotie ambiant et par les crasses qui s’accumulent.

Bref, Avenue 5, c’est un film-catastrophe dans l’espace à l’ère de l’utralibéralisme et propulsé par l’idiocracie. Enfin, une série-catastrophe.

Fondamentalement, c’est très drôle. J’aime beaucoup le principe de prendre le contre-pied de la plupart des séries de SF ou des films-catastrophe turbosérieux avec des héros surqualifiés qui Sauvent le Monde.

Cela dit, je vous déconseille d’avoir la moindre empathie pour les personnages, sinon ça devient gênant. Ah, et aussi de ne pas être trop dérangé par les blagues scato (même avec des lasers et des paillettes).

Bonus: la bande-annonce

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 commentaires sur “Avenue 5”

%d blogueurs aiment cette page :