Le blog, côté technique

En donnant récemment un coup de main à pas mal de monde avec leur blog, notamment à Psychée, je me suis aperçu d’à quel point l’approche de cet exercice peut être différent d’une personne à une autre et combien le côté technique passe souvent au second plan. Et c’est dommage.

Par “technique”, j’entends l’aspect qui n’implique pas tant le contenu que sa mise en forme: l’utilisation d’images, de catégories, de mots-clés, etc. Chaque plateforme a sa propre idée de ce qui constitue un blog et, s’il est tout à fait possible de passer outre, il est toujours bon de savoir comment les choses sont censées fonctionner.

C’est mon premier conseil: regarder ce que propose le “moteur” ou la plateforme sur laquelle on blogue et réfléchir un petit moment à comment on va organiser son contenu. Ça n’a l’air de rien, mais ça peut devenir important sur le moyen terme. Évidemment, si on est un blogueur moyen, sur le moyen terme, le blog est en coma profond, mais bon: partons du principe que l’on fait un blog pour durer.

Partons aussi du principe qu’on utilise WordPress, principalement parce que moi j’utilise WordPress et que, du coup, c’est plus simple.

Texte

Or donc, WordPress utilise un certain nombre de formats, à la base. Les plus courants sont les pages et les articles. Les pages sont prévues pour des informations “statiques”: le “à propos” du blog, la bio de son ou ses auteurs, la page de contact, etc. Les articles sont eux les entrées de blog en elles-mêmes; elles sont datées, entrent dans des catégories et peuvent avoir des mots-clés.

Catégories et mots-clés sont les outils principaux pour classifier les articles. Comment organiser quoi est une question de goûts, mais l’idée générale est d’utiliser les catégories pour les grands thèmes de votre blog et les mots-clés pour définir plus précisément de quoi ça parle. Tout ceci est raisonnablement important pour le référencement; on y reviendra.

Images

Les images sont un élément important et pas facile à gérer: la pratique standard, depuis 2-3 ans, semble être d’illustrer son article avec une image principale, appelée “image à la une”. Si le thème est récent et bien fait, il utilisera cette image à la une comme illustration principale de l’article et comme vignette dans les pages d’accueil ou d’archives (et aussi dans les partages avec les réseaux sociaux).

Seulement, suivant les thèmes, les images à la une ont des dimensions qui changent. Mieux vaut avoir une assez bonne idée des formats et dimensions, pour choisir – quand on peut – une image adaptée. Si, par exemple, le thème utilise un format horizontal et panoramique, genre 650 × 300 pixels, utiliser une image verticale va résulter en un taillage à la hussarde.

L’idéal, c’est de retailler l’image soi-même, avant de la charger, mais ce n’est pas toujours pratique. On peut aussi utiliser les outils de WordPress, qui sont peu pratiques, mais qui permettent de garder, quelque part en réserve, l’image à la taille originelle. C’est intéressant si, plus tard, on veut changer de thème: ça évite d’avoir à tout retélécharger (ou d’avoir des images immondes). Dans ce cas, prévoyez des images de bonne taille: entre les écrans gigantesques et les résolutions “retina”, on n’a jamais assez de pixels.

Référencement

Un mot sur le référencement: c’est important, mais pas tant que ça. J’entends par là qu’il est important d’y penser un peu et de faire quelques babioles pour que ça tienne la route, mais qu’il n’est pas non plus nécessaire d’en faire des tonnes. Avoir des mots-clés en rapport avec le contenu, avoir un titre dans lequel figure le mot-clé principal et, si possible, avoir un petit résumé de 100-150 caractères qui reprennent ledit mot-clé et c’est déjà beaucoup.

Avoir le mot-clé dans l’URL de la page (et une URL assez courte) est aussi un gros bonus.

En conclusion

J’écris trop. J’entends par là que ces quelques conseils sont somme toute beaucoup plus simples que ce pavé de texte ne le laisse penser. En résumé, avoir un blog qui tient la route sur le long terme, d’un point de vue technique, c’est:

  1. Savoir comment ça marche, ce que le moteur poste où, avec quoi et comment;
  2. Adapter son contenu – notamment les images – à ces contraintes techniques, autant que faire se peut;
  3. Faire un minimum d’effort sur le référencement en ayant de bons mots-clés et des titres qui veulent dire quelque chose.

(Image par Jonny Goldtsein via Flickr sous licence Creative Commons.)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :