Borderline Syndrome: Stateless

Il y a des fois où je me dis que je suis trop influençable, comme par exemple quand j’achète l’album d’un groupe grec totalement inconnu – en l’occurrence Stateless, de Borderline Syndrome sur la seule foi d’une chronique lue je ne sais même plus où (sans doute Progarchives).

Je soupçonne que le mot-clé a dû être “King Crimson”, mais rien n’est mois sûr, parce que cet album mélange pas mal de sonorités différentes. On a du rock progressif classique à vocaux féminins, du métal progressif à la The Gathering (période Mandylion) et, effectivement, des pistes à la King Crimson qui tiennent beaucoup du pétage de plomb organisé.

C’est loin d’être mauvais; les musiciens savent s’y prendre, la voix de Sophia Sarri assure bien et les compositions sont raisonnablement bien montées, mais Stateless est un album qui me laisse l’impression d’être abominablement bordélique. En fait, j’ai presque l’impression d’écouter une compilation regroupant quinze ans de carrières d’un groupe qui aurait constamment évolué d’un genre à l’autre.

Borderline Syndrome (nom fort bien choisi) se définit comme du métal progressif expérimental. Y’en a aussi. Crimsonien dans “Shock Therapy”, prog plus classique dans “Cover Me”, gatheringesque de fort belle manière avec “Balloons”, un peu tout ça dans “Thank You For Being Honest” (autre titre fort bien choisi), Stateless est un album qui réserve de belles perles, mais qui part un peu dans tous les sens.

Si on se sent d’humeur expérimentatrice, on a ici une expérience qui mérite d’être tentée, mais qui risque de désarçonner l’auditeur un peu timide. Le plus simple, c’est de se rendre sur la page Bandcamp du groupe et d’y écouter l’album, qui est également en vente pour une somme presque dérisoire (€5).

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :