Captain America: Civil War

Captain America: Civil War, dernier épisode cinématographique de l’univers étendu Marvel, répond à une question qui tarabuste souvent les amateurs d’histoire de super-héros: qui garde les gardiens? Ou, pour être plus précis, que se passe-t-il quand on demande aux gardiens d’être eux-mêmes gardés?

Dans le cas présent, c’est une énième mission des Avengers, en terre nigériane, qui se conclut par un gros dommage collatéral et finit d’énerver les Nations-unies, qui décident de placer les super-héros sous supervision internationale. Si Tony « Iron Man » Stark n’y voit pas d’inconvénient, Steve « Captain America » Rodgers est beaucoup moins enthousiaste et le reste du film suit cette ligne de fracture.

Civil War est intéressant en ce qu’il traite de notions telles que la responsabilité, les conséquences et de la loyauté. Il est d’ailleurs emblématique que ce soit Captain America, qui est quelque part le héros le plus emblématique d’une certaine forme de nationalisme, qui refuse la tutelle nationale – ou internationale. Il est aussi intéressant de voir que le film ne répond pas à l’autre question: qui a raison, qui a tort?

Cela dit, je suppose que j’aurais du mal à vous convaincre que ce film consiste seulement en une réflexion sur des thèmes philosophiques avancés. Faut pas rêver: c’est du Marvel, donc ça baffe pas mal. La grande bataille entre les deux camps de héros, sur le tarmac de l’aéroport de Berlin, est un morceau d’anthologie, où les protagonistes, qui se connaissent bien – à une exception près – se vannent allègrement en pleine baston.

C’est aussi l’occasion d’intégrer des nouveaux héros à l’ensemble: Ant-Man et Spider-Man – qui, de façon assez ironique, combattent dans des camps différents – et surtout Black Panther, qui apparaît ici pour la première fois et qui devrait avoir son propre film prochainement.

Pas mal de mes petits camarades en geekeries diverses – au hasard, des rôlistes – ont jugé que c’était le meilleur film de l’univers Marvel jusqu’à présent. Personnellement, je n’en suis pas certain – j’ai encore une tendresse certaine pour Captain America: The First Avenger – mais j’avoue volontiers qu’il est très plaisant,  plus notamment que le dernier Avengers.

De toute façon, si vous avez déjà vu les autres films de la série, il y a peu de chance que vous envisagiez de passer celui-ci. Si vous n’en avez vu aucun, ce n’est probablement pas une bonne idée de commencer ici: il y a beaucoup trop de références aux films précédents.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “Captain America: Civil War”

  1. Je rajouterai qu’il est extrêmement décevant en regard de l’arc narratif originel
    Moins d’enjeux, moins de personnages moins de morts

    Répondre
    • N’ayant pas lu le comics originel, je dois avouer que ça me passe un peu au-dessus. Et puis, les films sont imbriqués dans leur propre arc narratif, vouloir calquer ceux d’un autre média dessus n’est probablement pas une bonne idée.

      Répondre
  2. J’ai beaucoup apprécié ce film. A déconseiller en tant qu’adaptation, mais très bien inscrit dans la continuité du MCU avec des thématiques intéressantes et un méchant plutôt surprenant… Car oui, il y a quand même un méchant dans l’histoire. Même s’il est effectivement difficile à décoller d’un contexte de plus en plus imposant, le film se suffit à lui-même, marqué d’un début, d’un développement et d’une fin. Comme toi, Alias, je ne le conseille pas forcément pour démarrer les Marvel, mais il ne me paraît pas trop handicapant pour autant. D’autant qu’à mon sens, Stark et Rogers ayant évolué sur des positions idéologiques radicalement différentes depuis leurs débuts, le motif de leur querelle est plutôt desservi par leur historique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :