Captain America, The First Avenger

Je suppose que si je commence ce billet sur Captain America, vu dans l’avion du retour, par “je n’aime pas les superhéros, mais…”, vous allez (à raison) vous foutre de ma gueule. Pour quelqu’un qui censément n’aime pas ça, il est vrai que j’en parle beaucoup.

Bon, dans le cas présent, j’avance une excuse: ce film est du pur pulp. Résumons: nous avons un héros aux pouvoirs hors du commun, mais pas complètement fantastiques non plus, des savants fous, des Nazis, une conspiration qui veut régner sur le monde (autre que lesdits Nazis, s’entend) et des faits d’arme audacieux dans des bases secrètes. Il manque la blonde vénéneuse et les destinations exotiques, mais c’est un peu tout.

On suit donc le jeune freluquet Steve Rogers, trop malingre pour être recruté, mais qui parvient à se porter volontaire pour un programme de super-soldat, dans le but de contrer son équivalent nazi, Hydra. Les choses tournent au vinaigre et le pauvre Rogers, transformé en athlète plus ou moins immortel, se retrouve à faire le guignol sur scène pour amuser la troupe.

En fait, ce résumé contient le problème principal du film: à ce stade de la narration, on en est à peu près à la moitié et ça manque furieusement de bottage de cul. Les choses sérieuses commencent fort heureusement après ça, mais ça fait long pour du contexte.

Mon fana de l’aviation a pu faire plein de petits bonds partout à la vue des différents engins, notamment un Triebflügel et un Amerika-Bomber inspiré des ailes volantes des frères Horten. On a aussi droit à des Stormtroopers – pardon, des Sturmtruppen – en armure noire avec des rayons de la mort (même les décors font Star Wars).

Bref, un film d’aventure de série B bien sympa, bien pulp, malgré des effets spéciaux un peu moisis. J’aime aussi beaucoup le travail qui se fait, au fil des films (Iron Man, Thor) sur l’univers des Avengers (ce film a d’ailleurs comme second titre The First Avenger). Enfin, ne ratez pas le générique de fin, petit bijou de graphisme jouant sur les affiches patriotiques de la Seconde Guerre mondiale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :