Celestial Teapot: One Big Sky

Celestial Teapot: One Big Sky

Au premier coup d’œil, j’aurais pensé que Celestial Teapot aurait une bonne tête de groupe de space-rock. Bon, y’en a un peu, mais ce One Big Sky s’inspire plus du rock progressif et du post-rock que des tentacules ozriciennes.

Celestial Teapot est un groupe originaire de Pune, dans l’état indien du Maharashtra; c’est pas très loin de Mumbai, en gros. À cet instant, j’aurais dû me lancer dans une tirade sur les groupes “exotiques”, mais vu que c’est mon deuxième groupe originaire d’Inde, après Coshish, je vais plutôt faire mon blasé.

Comme mentionné, leur musique, principalement instrumentale, ressemble à un mélange de rock progressif et de post-rock – qui est en soi une variante du rock progressif – avec un soupçon de space-rock. Qui est également une variante de rock progressif. Bon, on va dire que c’est du prog, c’est plus simple.

One Big Sky est un album plutôt court, environ quarante et une minutes, avec huit pistes entre deux et huit minutes. Quand je dis qu’il est principalement instrumental, il faut savoir qu’un des morceaux, “Nacreous”, bénéficie de l’apport vocal de Marjana Semkina, chanteuse de iamthemorning.

Si cet album devait avoir un défaut, c’est qu’il n’est pas très nerveux. Celestial Teapot donne dans le planant mid-tempo, avec certes quelques riffs un peu plus marqués (“Say When?” ou l’excellent “Opia”), mais plutôt à l’image de la pochette: flottant dans les nuages.

Je pourrais aussi pinailler sur le thème de l’originalité, mais je crains un peu de donner dans le stéréotype, genre “pourquoi ils ne jouent pas quelque chose de plus typé indien?” C’est clair que leur musique ressemble à quelque chose qui aurait pu sortir d’un studio britannique ou suédois et j’aime bien les touches “ethniques” dans la musique, mais c’est aussi complètement leur droit de faire sans.

Pour un premier album, Celestial Teapot réalise, avec One Big Sky, une galette très sympathique; probablement pas révolutionnaire, mais réalisée avec talent et compétence. Vous pouvez le trouver et l’écouter sur Bandcamp, où il est disponible au téléchargement pour un prix plus que raisonnable: $4.

Mes remerciements vont à Totoromoon pour la découverte – pour une fois, c’est pas Fred Bezies, c’est même lui qui l’a découvert sur mon profil Bandcamp.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Celestial Teapot: One Big Sky”

%d blogueurs aiment cette page :