Changement d’adresse (électronique)

On va encore dire que je me fais une crise de la quarantaine, mais je pense sérieusement abandonner à la fin de l’année 2012 l’adresse électronique chez Span.ch que je trimbale depuis maintenant plus de quinze ans. J’ai encore un peu de temps, c’est vrai, mais c’est une adresse que j’ai donc utilisé depuis très longtemps et qui sert de “clé” sur un grand nombre de sites et pour un nombre plus restreint (mais bien concret) de licences.

Alors pourquoi changer? C’est principalement une question de sous: à l’époque (XXe siècle, dinosaures dans la prairie, tout ça), Span était mon fournisseur d’accès à Internet. Depuis, la compagnie a fait faillite et a été reprise par une autre société en Suisse alémanique, qui me fait payer environ cent cinquante francs suisses par an pour la seule boîte aux lettres. C’est cher. C’est surtout cher pour un service que, certes, j’utilise beaucoup, mais que je paie également ailleurs et que je n’utilise pas.

Donc, changement. Je ne sais pas encore quelle sera ma “nouvelle” adresse, mais je pense en fait utiliser un certain nombre de redirections pour faire tout aboutir sur une seule adresse – probablement sur GMail qui a l’avantage d’être en cloud et d’avoir un antispam solide, à moins que j’utilise celle de iCloud. Le plus dur ne sera sans doute pas de prévenir mes contacts du changement, mais plutôt d’assurer la continuité des sites et services associés à cette future ancienne adresse.

En fait, je touche ici un peu du doigt à une problématique qui va s’avérer cruciale pour les temps à venir: la pérennité des services Internet. Je comprends de mieux en mieux la position de certaines personnes, comme Sebsauvage, qui transfèrent un maximum de services loin des sites commerciaux vers des solutions open-source auto-hébergées. Il y a certes la question des politiques de confidentialité qui, suivant les compagnies, sont un bel oxymore, mais également la question de savoir ce qu’il advient de ses données si le site vient à calancher (ou à être racheté par un concurrent encore moins scrupuleux).

Étant pour ma part une quiche en administration de systèmes (j’arrive à me débrouiller avec WordPress, mais c’est limite), je doute arriver un jour au même degré d’indépendance. Comme je l’avais déjà expliqué précédemment, le choix entre indépendance et confort n’existe pas quand on n’a pas les compétences (ou les moyens techniques) pour gérer les outils ad hoc.

(Image par Gary Kemble via Flickr sous licence Creative Commons non commerciale share-alike)

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Fabrice dit :

    Aux origines d’internet, j’avais des boites mail fournies par mes écoles successives, et fournisseurs successifs. Par origines d’internet, il faut comprendre une époque où l’utilisation de l’email comme identifiant était une idée à inventer, entre autres choses.

    J’ai très tôt compris qu’il y avait deux types d’adresses email : les jetables et à jeter, utilisées publiquement en particulier sur les forums, et rapidement emplies de spam. Oui, déjà aux origines il y avait des spams. Saleté. Et une, ou plusieurs, adresses supposées intemporelles, façon numéro de natel. Données comme on accorde sa confiance absolue : avec parcimonie.

    Toujours est-il que j’ai, il y a fort longtemps, acheté des noms de domaines que j’utilise entre autres pour les courriels. Genre mes noms de famille. Car j’en ai plusieurs, c’est ainsi.

    Et donc voilà, j’utilise depuis plus d’une décennie les mêmes adresses email, que j’utiliserai encore la décennie à venir et probablement celle d’après aussi. prénom@nom.net(/.com pour les distraits).

    Tout ce blah blah pour en venir à ceci, enfin: fends-toi d’un nom de domaine pertinent, écologique et durable, sans métaux lourds, et garde-le pour les siècles des siècles. Tu pourras y mettre ton trou (renouvelable) à spam compostable, ton réceptacle à messages célestes très privés, l’adresse spéciale jardinage et ce que tu jugeras bon pour ton karma.

    gallay.net/.com sont squattés, c’est bien dommage. gallay.name semble libre par contre.

  2. shamanphenix dit :

    150 Francs ?!?

    Prends-toi un nom de domaine chez Gandi, tu auras plein d’adresses mail et de services pour dix fois moins cher.

    • Alias dit :

      Ouais, je sais.

      Le problème des vieux trucs que utilise depuis tellement longtemps que tu ne sais plus comment faire sans. Disons que ça fait aussi partie de ma résolution “virer les vieux trucs qui servent à rien” de 2012.

      • Fabrice dit :

        J’imagine que ce n’est pas simple. Mais ici, ça peut l’être, du moins au départ.

        Tu parlais des courriels. Nous sommes en 2012. Ça me fait toujours un peu mal de voir des camionnettes de petites entreprises avec marqué dessus johndoe@bluewin.ch. Un nom de domaine est la chose la plus basique et simple qui soit sur internet. Trouves en un qui traîne, il y en a plein. Un à toi et qui sonne bien.

        Sur ce domaine, tu pourras soit créer des adresses et les rediriger vers une boite de réception sur gmail, soit par exemple créer un compte google apps pour ce domaine et pointer les DNS de ton nouveau domaine sur les gapps. (Je peux t’y aider.) Et voilà, les courriels c’est fait. Pas besoin de creuser plus avant. Limites-toi à ça, c’est déjà bien, et ça résout le problème que tu mentionnes dans ce billet.

        Après, tu peux faire plein de choses avec ton propre domaine. Après.

        • Tof dit :

          Le problème avec un compte google apps (que j’utilises pour les emails de mon association) et qu’il risque de disparaître ou être modifié également du jour au lendemain. Mais c’est vrai que c’est très pratique ! Il existe des serveurs DNS gratuits aussi pour la redirection (zoneedit.com, par exemple), mais du coup on est dépendant de sa perennité aussi.

  3. Didier dit :

    L’essentiel, c’est d’avoir ton propre domaine, que tu peux configure pour pointer sur différents providers.

  4. Fred H dit :

    Rho putain je me souviens quand mon FAi a été racheté et que toutes les adresses mails ont été changées. La haine que j’en ai eu de devoir prévenir tout le monde, de plein de soucis d’identifications sur forums divers (j’ai oublié mon mot de passe, j’en redemande un, mais il l’envoie à l’ancienne adresse morte, rhaaaa). Que du bonheur. je ne leur ai donc pas fait le plaisir de reprendre la nouvelle adresse proposée mais j’ai pris mon nom de domaine pour héberger mon site et hop, des adresses mail pour toute la famille en plus. Y’a franchement pas photo.

  5. François dit :

    Wow, l’adresse “@span.ch” qui va disparaître! C’est presque une page de l’histoire d’internet qui se tourne 😉

    Ceci dit, ayant “monpetitcoin” depuis une dizaine d’années, je ne peux que soutenir l’idée d’avoir son propre nom de domaine, pour assurer la pérennité de tes adresses. Ca ne t’empêche de tout rediriger vers un compte Gmail si tu préfères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :