Coheed and Cambria: The Afterman: Ascension

Coheed and Cambria continue son petit bonhomme de chemin musical et narratif, avec ce Afterman: The Ascension, premier album d’un dyptique qui fait également suite aux concepts albums précédents. Le tout formant un ensemble narratif connu sous le nom de “The Amory Wars“. C’est très concept.

Le métal progressif de Coheed and Cambria comporte toujours autant d’influences, qui finissent par se confondre dans le creuset à haute énergie du groupe pour former un alliage qui n’a plus grand-chose de commun avec les éléments originels.

Le groupe livre ici un album plutôt court (un poil moins de quarante minutes) et peut-être globalement un ton en-dessous de The Year of the Black Rainbow, son précédent titre. Cela n’empêche pas que l’énergie considérable qui s’en échappe est assez facilement contagieuse et que c’est un disque attachant. Des titres comme “Key Entity Extraction I: Domino The Destitute” (en vidéo ci-dessous) ou “Key Entity Extraction III: Vic The Butcher” collent bien aux oreilles, comme une coulée de napalm au clair de lune.

Donc, un très bon album que ce Afterman: The Ascension (bientôt en jeu de rôle chez White Wolf?), qui souffre peut-être d’un petit essoufflement dans son originalité, mais seulement si on le compare à lui-même. Parce que, franchement, pas grand-chose d’autre que Coheed and Cambria sonne comme Coheed and Cambria. Et ça, dans le petit monde du métal progressif, c’est déjà un exploit.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :