Convention du Dé qu’a dents 2013

Je suppose que dire que mon déplacement à Monthey au début de l’hiver pour la convention du Dé qu’à dents est une tradition serait un peu exagéré. D’abord parce que ce n’est que la deuxième (ou troisième, en comptant la Convention des Fous) et ensuite parce que je n’aime pas la tradition.

Une chose qui est cependant traditionnel, c’est que mon déplacement sur les Terres de mes Ancêtres (ma grand-mère a longtemps habité dans la même rue que le Soluna, le local qui accueillait la convention) se fait sous les auspices d’un temps de chiotte. En même temps, quelle idée de faire une convention fin novembre!

Mais tout ceci n’est pas très grave: au moins, cette fois-ci, le train est-il arrivé à l’heure et, en plus, j’ai été accueilli par un vin chaud du meilleur effet. D’ailleurs, le maître-mot de cette convention est “accueil”. Encore que, dans mon cas, c’est en partie du copinage, vu que je connais pas mal de monde – à commencer par BBS, un des organisateurs en chef de l’événement.

Évidemment, je n’allais pas laisser passer l’occasion de faire une partie de Tigres Volants – ce d’autant plus que, l’année passée, les joueurs avaient été particulièrement actifs et réactifs – et j’ai donc proposé Station de bouts, mon scénario “bac à sable”.

Petite déception: la partie a été moins orientée “action” et, donc, les joueurs n’ont pas été très percutants sur les bonnes et mauvaises nouvelles. Cela dit, c’est un peu de la faute du scénario, qui est assez long à se mettre en place. Il faudra que je songe à corriger cela. Néanmoins, on a eu droit à des scènes d’anthologie, tournant notamment autour de l’alambic bricolé par les personnages et leur abominable gnôle “Cuvée Saint Raoul” affinée en fût de réacteur.

Comme la convention avait lieu le D-Day, jour du 50e anniversaire de Dr Who et BBS étant un whovian assumé, il a réussi à négocier les droits de rediffusion publique de l’épisode Day of the Doctor, diffusé le jour même sur France 4 (donc en français, on peut pas tout avoir; cela dit, chapeau à la chaîne pour avoir pu le doubler aussi rapidement pour une diffusion simultanée). Et c’était cool! Je ne spolierai pas, sinon pour dire qu’il y avait un fez.

Entre deux, et comme on est en Valais (pas de beaucoup, mais quand même), il y avait raclette – la vraie, avec la demi-meule. Et, sans vouloir faire écho aux propos dithyrambiques du racleur en chef, c’est vrai qu’elle était très bonne et qu’elle s’accompagnait fort bien des bières de la Brasserie du Chauve, un brasseur artisanal de Fribourg (et rôliste, paraît-il).

Je suis parti avec le dernier train, au moment où sortaient les jeux de société pour gens bourrés. À ce moment, l’ambiance évoquait beaucoup une école de recrues en permission dans le 9-3. Mais bon, il faut bien que jeunesse se passe: moi aussi j’ai eu treize ans (même si, à cette époque, il était encore plausible d’envisager une reformation des Beatles).

La convention du Dé qu’a dents confirme avec cette édition ses ambitions d’être un évènement ludique certes local, mais chaleureux et varié. Je reviendrai et ce ne sera pas par sens du devoir. Et cette fois, je n’oublierai pas de prendre quelques photos…

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 commentaires sur “Convention du Dé qu’a dents 2013”

%d blogueurs aiment cette page :