Crematory: Monument

Crematory: Monument

Dans la série des groupes que j’aime bien sans trop savoir pourquoi, il y a Crematory. Leur dernier album, Monument, est cependant assez bizarre: si le groupe a longtemps fait dans le metal-indus façon Rammstein – que j’appelle aussi le insulte-moi-en-allemand-metal – il a tendance ici à se diriger vers des styles plus doom-goth.

À dire vrai, Crematory a toujours joué sur des styles death mélodique, indus-électro et gothique. Dans le cas de cet album, il a juste poussé le curseur « goth » pas très loin de son maximum, tout en gardant des éléments des deux autres styles. Ou plutôt, le groupe tripote pas mal ses curseurs pendant l’album, ce qui donne un mélange un peu curieux, qui alterne les pistes chantées en allemand et en anglais, les growls et les voix claires.

Avec douze pistes pour cinquante minutes au total, on ne peut pas dire que Monument privilégie les morceaux longs: aucun ne dépasse les cinq minutes. En même temps, c’est un peu le style qui veut ça.

Globalement, c’est un album plutôt sympa, avec des morceaux très bons et assez peu de temps faibles; il est nettement moins porté sur la castagne et le secouage de cervicales que son prédécesseur, Antiserum.

En fait, son plus gros défaut, c’est ce côté hétérogène: une gothiquerie pour papa (« Ravens Calling », « Everything »), un gros méchant growl pour maman (« Misunderstood », « Eiskalt »), on inverse et on recommence avec des trucs un peu chelous entre les deux (« Die So Soon », « Nothing »). Il me fait presque penser à la compile de metal gothique Nachtschwärmer que j’avais achetée il y a une quinzaine d’années.

En vérité, si Crematory s’était concentré sur un style – même le chelou entre deux – Monument aurait pu être un bon, voire un très bon album. Mais en l’état, il est pas mal, sans plus. À recommander à ceux qui cherchent un album goth-indus pas trop méchant.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :