Crystal Palace: The System of Events

Lorsque j’avais chroniqué Reset, le précédent album de Crystal Palace, j’avais espéré que ce groupe de néo-prog allemand fasse preuve à l’avenir d’un peu plus d’originalité. Je n’ose espérer avoir été entendu, mais sans aller jusqu’à parler d’originalité, The System of Events, leur nouvelle production, se démarque quelque peu de leurs influences les plus évidentes.

Bon, il faut dire ce qui est: il est difficile de faire du néo-prog sans piétiner les plates-bandes d’un prédécesseur – forcément glorieux: iQ, Pendragon, Marillion et autres. Ou Porcupine Tree, dans les plus récents (encore que l’appellation “néo-prog” n’est sans doute pas des plus appropriée pour ce groupe). Alors soyons clairs: non, Crystal Palace n’a pas encore totalement tué le père et il reste, dans la musique du groupe, quelques maniérismes reconnaissables.

Cela dit, The System of Events compte, parmi les huit pistes de l’album, un certain nombre de morceaux de très belle facture et de moments de bravoure remarquables. Au reste, avec ses plus de septante minutes, l’album fait la part belle aux compositions longues et aux constructions progressives de haut niveau.

Que ce soit avec le relativement court “As Heaven Dies” ou le plus enlevé “Beautiful Nightmare” qui le suit sur onze minutes, tous deux d’influence porcupinienne, Crystal Palace montre qu’il sait faire plus que copier. “Sleepless” et “Breathe” sont également parmi les meilleurs morceaux de l’album, On pense parfois aux compositions de Sylvan, c’est dire.

Cela dit, le groupe est certes très au point sur les parties instrumentales, avec des claviers complètement dans l’ambiance néo-prog est une guitare à la Marillion, je ne peux pas m’empêcher de penser que le chanteur n’est pas toujours au niveau, ce qui gâche un peu certaines pistes (notamment sur l’autrement sympathique “Green Way”). C’est plus un ressenti qu’un élément majeur, cela dit.

Au final, The System of Events est un album des plus sympathiques, même si l’on peut dire qu’il est inoffensif pour les canards avec des pattes surnuméraires. C’est du néo-prog de très bonne facture, sans toutefois le petit “plus” qui le rendrait inoubliable.

En guise d’extraits, je vous place le trailer de l’album, qui est malheureusement assez peu représentatif:

http://www.youtube.com/watch?v=t82i8HiPeuY

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :