Cult of Luna: Vertikal

Le post-rock, ça peut être atmosphérique et planant, OK. Changement de registre avec Vertikal, le nouvel album de Cult of Luna, groupe suédois de post-métal, qui donne plutôt dans le brutal et le râpeux, sans oublier tout de même ses racines progressives.

Mes expériences passées avec Cult of Luna sont plutôt limitées et assez peu positives: trop brutal à mon goût. Mais quelques chroniques dithyrambiques de cet album m’ont amené à revoir ma position et c’est plutôt une bonne chose.

Avec cet album de plus d’une heure, Cult of Luna se pose en digne successeur d’Isis: post-métal plombé, mais finement travaillé, voix hurlées et instrumentaux somptueux; manque une voix claire pour faire contrepoint.

Vertikal propose une alternance de morceaux longs, voire très longs (genre neuf ou dix-huit minutes) et très courts (une ou deux minutes), comme autant de breaks dans des compositions dont les parties instrumentales sont spectaculairement bien construites.

Personnellement, je ne suis pas un grand fan des voix hurlées ou growlées, mais dans ce cas, ce sont elles qui font le contrepoint des passages plus aériens. La construction est particulièrement réussie dans “I: The Weapon”, “Vicarious Redemption” ou “In Awe Of”.

Alors bon, Vertikal n’est clairement pas un album à mettre dans toutes les oreilles: les plus délicats d’entre vous risquent des dommages irréversibles. Mais si vous vous êtes déjà formés le tympan sur du Isis, Cult of Luna a ici quelque chose à vous proposer qui ne devrait pas vous laisser indifférent.

Bonus: la vidéo officielle de “Passing Through”, malsaine bien comme il faut, même si le morceau n’est pas vraiment le plus représentatif de l’album.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 commentaires sur “Cult of Luna: Vertikal”

%d blogueurs aiment cette page :