Divina-Sion 2013

Retour à Sion cette année pour la nouvelle édition de Divina-Sion, la convention de la Horde du Commun, le club local. Parce que c’est mieux. Cherchez pas, c’est une blague valaisanne…

Bref, ce retour pour moi se fait après trois ans d’absence pour des raisons diverses. C’est un peu dommage, parce que j’aime bien venir à Sion, pour des raisons honteuses (pour moi, s’entend), car nostalgico-familiales.

Bon, il y a aussi le fait que l’équipe fait de gros efforts pour ce qui est de l’accueil et de la restauration, avec une décoration et des repas soignés (cette année sur thème vaudou). Ainsi que de la bière et un cocktail maison. On est bel et bien en Valais…

C’est une convention ou je retrouve plein de potes, du Valais et d’ailleurs, notamment quelques anciens de la période Plié en deux ou même de mon passage à l’EPFL. Papotages de ludosaures et alcool, la recette des soirées réussies!

D’un point de vue plus ludique, j’ai profité de la convention pour jouer Station de bouts, mon nouveau scénario pour Tigres Volants basé sur le système des « fronts » de Apocalypse World, déjà testé avec mes joueurs du Tigres Volants canal historique.

Je dois avouer ne pas être entièrement convaincu par cette partie: un peu lente à démarrer pour cause de création de personnages complexe – pas la création elle-même, vu que c’est du Tigres Volants lite, mais les choix par des joueurs intimidés par l’univers. La prochaine fois, je prévois des prétirés, ça ira

Le développement était sympa, mais a principalement consisté en un Alias expliquant l’univers aux masses ignorantes; c’est amusant (j’entends par là que je me suis bien amusé à le faire), mais je ne suis pas sûr que ce soit l’approche la plus didactique. En même temps, c’est une partie de convention, donc prévue pour présenter l’univers à des néophytes.

Le principal défaut de Sion, c’est que ce n’est pas tout près: entre deux heures et demie et trois heures de trajet dans chaque sens, suivant les trains. Ce qui a pour conséquence de limiter drastiquement la durée de mon séjour. Certes, je pourrais dormir sur place, mais c’est une pratique que je ne goûte plus trop avec l’âge. On aime son petit confort.

Mais même en quittant les lieux vers 21 h, Divina-Sion reste une expérience des plus sympas: un convention locale dans l’esprit de Ludesco, en plus petit et avec un peu plus l’accent sur les jeux de rôles et de figurines, et en bonus une météo suffisamment clémente pour permettre de jouer sur des tables en plein air.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :