DivinaSion 2015

DivinaSion 2015

DivinaSion n’est pas une grosse convention. Ce n’est pas un de ces raouts majeurs qui rallient un bataillon de joueurs et de professionnels, mais c’est une des conventions auxquelles j’aime bien aller, d’abord parce qu’elle titille ma fibre valaisanne et ensuite parce que j’y retrouve plein de copains.

Donc, une fois encore, me voici parti pour Sion, bravant cette fois-ci un temps bien plus automnal que d’habitude (mais ensoleillé quand même) et un thème qui fait quelque peu peur: Bollywood.

L’objectif ludique avoué est d’y faire au moins une partie de Tigres Volants; l’objectif social moins avoué est d’y boire une bière ou douze avec des potes.

Mission accomplie. J’ai échappé à l’éclipse valaisanne (quand le foie passe devant le cœur), mais de peu. Et j’ai pu faire jouer un scénario bricolé à la va-vite pour coller au thème, une histoire d’équipe de cinéma highlander coincé sur une planète eyldarin pendant une révolution de palais.

Je reviendrai sur le site de Tigres Volants sur les éléments mécaniques – il y a du bon et du moins bon. On s’est beaucoup amusé même si, après moult péripéties et une trahison, les personnages ont planté le scénario.

C’est rare que ça m’arrive, mais ça n’est pas non plus dramatique: ce n’est pas comme si ces scénarios one-shot avaient un impact sur l’univers. Par contre, ça me montre que, dans des scénarios écrits à la Apocalypse (avec des factions et peu d’évènements préparés), il est parfois difficile de gérer les conclusions.

La table comptait des joueurs très jeunes, genre moins de la moitié de mon âge, et qui, pour certains, étaient peu expérimentés, mais ils ont été réactifs. Je pense que le système des Aspects demande un temps d’adaptation et je soupçonne que ceux que j’avais choisi pour leurs personnages n’étaient pas très parlants non plus.

Même si la convention dure sur trois jours – du vendredi soir au dimanche – je n’y suis resté que le samedi après-midi. La faute à la fatigue et à un peu plus de deux heures de transports: l’appel du lit a été le plus fort.

Mais ça n’ôte rien à DivinaSion, qui est toujours une convention certes locale, mais extrêmement sympathique, avec une organisation au taquet. Et un bar bien achalandé. Hips.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Imaginos dit :

    > Même si la convention dure sur trous jours

    *trous* jours, pasqu’on y boit beaucoup ? 😛

    Blague à part, une chance de voir le scénar TV publié sous une forme ou sous une autre dans un proche avenir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :