Éclipse 2014

La convention Éclipse, à Rennes, est un de ces événements auquel je suis invité depuis de longues années et auquel je n’ai jamais pu aller, souvent pour cause d’agendas conflictuels (c’est souvent le même week-end qu’Orc’idée). Jusqu’à cette année – et encore, j’ai failli devoir y renoncer à cause d’un concert de Naïve, annulé depuis.

(Je me suis vengé en venant avec la veste Naïve et Tlön avait lui aussi son t-shirt; le groupe n’a jamais sans doute été autant représenté dans une convention de jeu de rôles).

Me voici donc parti en terres bretonnes pour ma première participation, cette édition étant la douzième. Rien que. Bon, il faut dire qu’Eclipse est une convention de rôliste et rien que de rôlistes. On est là pour jouer et faire jouer, même si le hall central de la convention accueille une bonne trentaine de stands, de l’éditeur ou illustrateur local à la grande structure, comme Le 7ème Cercle.

L’emplacement est assez étonnant, puisqu’Éclipse se déroule dans la Faculté des Sciences de l’Université de Rennes, à peine débarrassée de ses oripeaux scolaires. On avance donc entre les expositions scientifiques et les vitrines à curiosité, on assiste à des conférences dans des amphithéâtres académiques et les parties se déroulent dans des sales de classe.

L’avantage de la structure, c’est qu’on est tranquille: les salles sont grandes et équipées en tables, chaises et même tableau noir. Le défaut est que c’est parfois un peu rude pour l’intendance, qui doit se taper des couloirs kilométriques. Visuellement, ça ne donne pas non plus une idée de la taille de la convention.

Pour cela, il faut venir à la bourse aux scénarios: il y en a quatre pendant l’événement et, à chaque fois, entre vingt et cinquante parties sont proposées aux joueurs présents. Les MJ présentent leurs jeux, les joueurs intéressés s’annoncent, un tirage au sort à lieu s’il y a plus de joueurs que de places.

Autant dire que l’exercice a ses stars et le public a ses favoris: quand, par exemple, un Tlön Uqbar monte sur scène pour annoncer un Cats!, toute la salle miaule. Il a aussi quelques défauts, comme celui d’être assez lourd à mettre en place et assez long, également: même à une minute par MJ, s’il y a une cinquantaine de jeux, cela peut bien prendre une heure et demie.

Pour ma part, n’étant arrivé que très tard le vendredi (et ayant eu une panne d’oreiller le dimanche), je n’ai participé qu’à celle du samedi. C’est impressionnant. Bon, dans mon cas, j’avais eu déjà droit à ce même cirque lors des dernières CJDRA, donc j’étais moins impressionné. Et le système de tirage au sort informatisé est une belle amélioration par rapport à la foire d’empoigne que c’était alors.

Si je n’ai participé qu’à une seule bourse aux scénarios, j’ai quand même pu placer deux parties – de Tigres Volants, ouadelse? – pendant le week-end, en récupérant six joueurs égarés le dimanche. Deux parties de Station de bouts, qui se sont avérées bien amusantes, malgré une situation qui, je suppose, était aux antipodes de ce à quoi les joueurs s’attendaient.

J’avais pourtant prévenu: dans ce scénario, la partie « vaisseaux qui se tirent dessus dans l’espace » se passe avant le générique. Les PJ doivent juste gérer ce qui se passe après: leur tas de boue avec des trous partout, un artefact technologique qui fait des siennes et une situation géopolitique tendue et volatile.

Perso, je me suis régalé – au sens propre du terme, aussi: il y avait des sandwich aux rillettes; j’en rêvais depuis des années! C’est toujours un peu déconcertant d’arriver pour la première fois dans une convention avec un caractère aussi marqué. On s’attend toujours à… quelque chose. De différent, s’entend.

J’aurais peut-être aimé un peu plus de temps (ou d’espace) pour discuter avec mes petits camarades auteurs; on ne se croise pas si souvent que cela et j’ai eu un peu l’impression que, le temps de se dire bonjour le samedi, il était déjà dimanche et l’heure de se dire au revoir.

Mais, au final, Éclipse est une convention qui a décidé de se concentrer sur quelques fondamentaux: le jeu de rôles, les bourses aux scénarios, quelques stands. C’est tout, mais, quand c’est bien fait, c’est déjà beaucoup.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Éclipse 2014”

%d blogueurs aiment cette page :