Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002
Écoquartier Vauban, Fribourg

Écoquartiers du XXIe siècle, mentalités du XIXe

Au hasard de mes lectures, je suis tombé sur un article du site français Weka, intitulé Le comportement des habitants est inadapté aux écoquartiers. Il pose que le plus gros problème actuel que rencontre les quelques écoquartiers, c’est que les habitants en sont restés à une mentalité “hachélème” qui n’est pas du tout adapté à leurs spécificités.

L’article cite notamment l’usage de détergents sur des sols prévus pour être nettoyés à l’eau claire, ce qui cause des dégagements d’odeurs désagréables, compensées par des diffuseurs électriques de parfums. Ou les façades végétalisées qui sont perçues négativement.

De mon point de vue, c’était à prévoir. Les quelques écoquartiers dont j’ai entendu parler impliquent un certain nombre de contraintes comportementales, comme par exemple les toilettes à compost de la Coopérative Équilibre ou l’engagement de ne pas avoir plus d’un véhicule automobile par foyer. J’avais eu un peu la même réaction en lisant le magazine Swisstopia 2035 et ses idées urbanistiques.

Or, les gens n’aiment pas les contraintes. En fait, plus généralement, les gens n’aiment pas changer leurs habitudes, surtout si ça n’implique pas une gratification significative et/ou immédiate.

Et le problème n’est pas seulement lié aux habitations: on le retrouve dans les transports (la voiture, c’est plus pratique que les transports publics), la consommation (le supermarché, c’est plus pratique et moins cher que le producteur bio du coin), l’informatique (Mac ou Windows, c’est plus pratique que Linux) ou même la politique.

Lorsque j’ai publié le lien sur les réseaux sociaux, beaucoup de gens ont commenté sur la nature humaine et/ou sur l’approche technocratique qui conduit à des habitations qui ne sont pas prévues pour des vraies gens. Je pense que le problème est ailleurs.

Pas que les deux analyses soient fausses en elles-mêmes: oui, il faut de l’éducation, oui, il faut que les architectes arrêtent de réfléchir à des modèles uniquement théoriques, mais surtout, il faut considérer ces expériences avec un suivi à long terme.

J’avais vu, il y a quelques temps, un reportage sur la construction des HLM en France, dans les années 1950-1960; si ce modèle urbanistique était truffé de défauts, il constituait néanmoins, pour la plupart de ses habitants, une avancée significative et un changement de mentalités conséquent.

Au reste, je soupçonne qu’à l’avenir, les écoquartiers vont constituer plus un laboratoire qu’un modèle et que beaucoup des nouvelles constructions vont en adopter certaines des caractéristiques, sans pour autant pousser les efforts au maximum. Un peu comme les immeubles du Corbusier – la Cité radieuse, par exemple – ont préfiguré les barres d’habitation de la moitié du XXe siècle.

Dans tous les cas, à moins de faire de spectaculaires efforts en matière d’ergonomie, il va falloir que les concepteurs de ces futurs projets songent très sérieusement à un suivi à 20-30 ans, pour accompagner les habitants.

(Image: Écoquartier Vauban, Fribourg, photo par Claire7373 via Wikimedia Commons, sous licence Creative Commons, partage dans les mêmes conditions)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Écoquartiers du XXIe siècle, mentalités du XIXe”

%d blogueurs aiment cette page :