Eluveitie: Everything Remains (As It Never Was)

Après plusieurs écoutes de Everything Remains (As It Never Was), dernier album en date des folk-métaleux suisses d’Eluveitie, j’ai l’impression que c’est un titre très approprié. Détenteur d’une alchimie particulière de folk celtique et de métal avec alternance de vocaux masculins, féminins (et franchement pas humains), Eluveitie continue à dérouler sa formule au gré des albums.

C’est peut-être le côté le plus frustrant de cet album: pour qui a déjà écouté les trois premiers, ça manque de surprise. Ce qui m’ennuie un peu, vu que j’aime bien les surprises. J’aime par exemple beaucoup ce dosage si particulier d’instrumentation et de mélodies traditionnelles avec un vrai métal de bourrin qui tache; ça tombe bien, il y en a des paquets. J’aime moins les hurlements quasi-continuels du chanteur et je suis moins fan de l’impression que les ritournelles celtiques tournent en rond. Ce qui, si je ne m’abuse, est le propre des ritournelles.

Reste qu’Eluveitie, comme toujours, arrive à taper dans le cerveau primitif, celui qui fait remuer la tête de façon frénétique et pousser les cheveux. C’est le genre de groupe dont on sent bien que ce doit être une tuerie en concert, une arme de destruction massive pour les cervicales fatiguées des quadras attardés dans mon genre. Everything Remains (As It Never Was), peut-être bien, mais on aurait tort de se priver des joies simples de l’existence. Et pour ça, Eluveitie, c’est bien.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :