“Equoid”, de Charles Stross

Vous vous rappelez de Bob Howard, le sympathique (quoique légèrement psychotique) agent gouvernemental britannique créé par Charles Stross pour sa série The Laundry et qui traque les Créatures Avec Beaucoup Trop De Tentacules? Il nous revient dans une histoire courte, mais percutante: Equoid.

Ce cher Bob est mandé par sa supérieure pour aller enquêter sur une possible infestation dans la campagne anglaise profonde. Évidemment, pour que ce soit un agent de la Laverie qui s’y colle, on ne parle pas de ratons-laveurs ou de crapauds-buffles, mais de licornes. Ce n’est pas une bonne nouvelle.

Enfin, si: c’est une bonne nouvelle, dans le sens “c’est une histoire courte de très bonne qualité”. Par contre, les licornes façon Stross, ce ne sont pas exactement des créatures graciles et mignonnes, façon Mon petit poney. Je vous laisse la surprise, mais je mentionnerai juste que c’est carnivore; jetez juste un coup d’œil à la masse d’un cheval et comparez avec, oh, je ne sais pas: un tigre du Bengale ou un grand requin blanc, par exemple…

Mises à part les habituelles frasques de l’agent Howard dans une Angleterre rurale plus vraie que nature (je soupçonne que c’est du vécu), le récit s’amuse également à insérer des éléments d’un texte testamentaire (fictif) d’un certain H.P. Lovecraft. L’auteur en prend d’ailleurs pour son grade: entre le pastiche littéraire que constitue le texte et les commentaires de Bob, il est habillé pour un hiver façon Fimbulwinter!

Equoid est vivement conseillé aux amateurs de la série The Laundry; les autres devraient s’y mettre, si ça les intéresse, ou passer leur chemin, s’ils connaissent la série et ne l’apprécient pas. Qui plus est, si elle disponible en version numérique, on peut également la lire gratuitement sur le site de l’éditeur Tor (lien ci-dessus).

Je vous conseille de lire également les notes de création de l’auteur, de préférence après la lecture du texte, parce que ça spolie quand même pas mal.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur ““Equoid”, de Charles Stross”

%d blogueurs aiment cette page :