Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)
Eric Baule: Revelations Adrift

Eric Baule: Revelations Adrift

Mine de rien, l’Espagne – et plus précisément la Catalogne – apparaît de plus en plus sur les radars à prog et aujourd’hui, c’est Revelations Adrift, le premier album d’Eric Baule, qui vient de faire un gros “bip” sur les écrans, grâce à la recommandation de Neoprog. Et pour gratos, en plus!

Eric Baulenas, chanteur et guitariste quasi-éponyme, propose avec son groupe un rock progressif moderne et très énergique, entre rock progressif symphonique “classique”, néo-prog et prog-metal. Si les thèmes sont classiques et sans beaucoup de surprise, le groupe a un son qui lui est propre et qui est remarquablement constant tout au long de l’album.

Revelations Adrift compte dix pistes, dont certaines flirtent avec les dix ou douze minutes, pour un total dépassant largement l’heure – près de septante minutes, pour être précis. La musique s’enchaîne naturellement, sans coupure, d’une piste à l’autre, ce qui renforce le côté très homogène de l’ensemble.

Dans l’ensemble, j’aime beaucoup cet album; il est très enthousiasmant, bourré d’énergie et de mélodie et réalisé avec talent par des musiciens qui connaissent leur affaire – et qui, souvent, viennent d’autres groupes de la région.

Le point fort de Revelations Adrift, à mon avis, c’est de proposer des compositions extrêmement bien faites et, pourtant, très accessibles. J’avoue – comme d’habitude, diront ceux qui me connaissent – un attrait particulier pour les parties instrumentales, très réussies; pas que le sieur Baulenas chante mal, au contraire, mais les ponts et autres soli de l’album sont vraiment très bien.

S’il y a quelques pistes qui me parlent moins que l’ensemble, comme “Back to Nature” ou “Release from Duality” (qui a tout de même de bons moments), il y a également des très beaux morceaux. Témoin les instrumentaux “Flying High” et “Touching Ground” (difficile d’ailleurs de ne pas croire qu’ils se répondent), l’inquiétant “Circle of Dead Eyes” qui lui fait suite, “Far From Here” ou “Spring Disease” pour conclure en fanfare.

Sans être particulièrement élaboré, expérimental ou quoi que ce soit, Eric Baule propose, avec Revelations Adrift, un vrai bel album de rock progressif, à la fois moderne et classique. Qui plus est, comme mentionné, il est disponible sur Bandcamp en téléchargement gratuit – oui, gratuit, zéro brouzouf, même pas “prix libre”. Donc, foncez!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Eric Baule: Revelations Adrift”

%d blogueurs aiment cette page :