Jeux vidéo: et toi, t’es un gamer ou bien?

Posée comme cela, la question que lance le Traqueur Stellaire (dont les rumeurs de mort numérique semblent fort heureusement très surestimées) aurait tendance à faire ricaner ceux qui me connaissent, même de loin. Elle concerne néanmoins une activité dont je parle ici de temps en temps, mais qui est loin d’occuper le plus clair de mon temps: les jeux vidéos.

Je joue sans doute beaucoup plus aux jeux vidéos que je ne devrais, sans pour autant ne pas me considérer comme un hardcore gamer, celui qui a deux consoles en plus de son PC Windows et qui achète systématiquement tout ce qui passe. Je vais néanmoins tenter de répondre aux questions (forcément indiscrètes) du susnommé.

1. Quels genres de jeux te définissent le mieux ?

Dans l’absolu, je joue tout de même beaucoup à des jeux de tir à la première personne, pour le côté défouloir. Mais j’aime aussi les jeux plus stratégiques, comme le tower defense ou les jeux de grande stratégie à la Hearts of Iron. Les jeux massivement multijoueurs me laissent froid et je joue aussi énormément à des jeux dits casual, comme Bejewelled Blitz ou Candy Crush Saga. Oui, j’ai un peu honte.

2. Tu es consoles, tablettes ou ordinateur pour jouer ?

Je joue surtout sur ordinateur, encore qu’il faudrait mitiger la chose: je suis tellement hardcore que je joue sur Mac. Cela dit, j’ai aussi beaucoup joué sur borne d’arcade (à l’époque où il y en avait encore) et, aujourd’hui, je suis un pensionnaire assidu du site de jeux en ligne Kongregate et je suis aussi passé à l’iPhone (et un peu moins à l’iPad, parce que mon modèle est un tromblon).

Je n’ai jamais possédé de console (avant d’avoir un iPhone, s’entend) et, avant, je jouais surtout sur les ordis des autres. Aujourd’hui, le principe d’une console impliquerait de devoir disputer la possession de la télé avec mon épouse. Ça n’arrivera jamais.

3. Quels sont les trois jeux qui t’ont le plus marqué ?

Je suppose qu’un des premiers jeux qui m’a le plus impressionné est le Star Wars en arcade: une cabine et des animations en vecteur, mais une sensation d’immersion impressionnante.

Sinon, Hearts of Iron II a été un jeu sur lequel j’ai passé des quantités d’heures invraisemblables, avec des plans spectaculairement débiles d’invasion de l’Allemagne avec les pays les plus improbables.

Enfin, le premier Bioshock m’a soufflé par sa complexité scénaristique. À la révélation centrale, il m’a fallu faire une pause pour évacuer la révélation que je venais de prendre dans la tronche avant de pouvoir continuer le jeu.

Mais je pourrais aussi citer Battlezone (mon premier FPS – en 1981),  Diablo II (auquel j’ai dû bien jouer 4-5 ans), Marathon (un FPS de Bungie sur Mac avec une histoire autour d’IAs particulièrement caractérielles), Unreal, Civilization II, Urban Terror ou, plus récemment, Borderlands II. Trois, c’est peu.

4. A contrario, quel jeu t’a laissé le pire souvenir ?

Si je ne devais citer qu’un nom, c’est Hearts of Iron III, qui a été au final une grosse déception. Je ne me souviens pas d’un jeu qui m’ait laissé un si mauvais souvenir que cela, c’était plus des déceptions, comme avec Diablo IIICounterstrike:Source ou City of Heroes: pas des mauvais jeux en soi, mais qui ne collaient pas à mes attentes.

5. Tu choisis tes jeux en fonction du gaming ou du roleplay ?

Le contexte avant tout, mais si les mécanismes de jeu sont pourris, je risque de laisser tomber rapidement. Après, il y a la bête question technique: si ça ne tourne pas sur Mac, ça n’existe pas. De ce point de vue, l’arrivée de Steam a été un grand bol d’air.

6. Et en ce moment, à quoi tu joues ?

Je suis toujours sur Urban Terror, à faire deux ou trois parties de Team Deathmatch presque tous les soirs chez les MTC. C’est du bête tir à la première personne, à la Counterstrike, mais basé sur le moteur de Quake 3, donc gratuit et open-source (pour le moment), et plus “léger” dans le ton; ça a l’avantage d’être rapide à jouer et de ne pas exiger une bécane de guerre.

Sinon, je me balade toujours sur les terres de Pandora de Borderlands 2. J’ai un peu peur que ça tire sur la corde, mais j’ai accueilli avec joie l’annonce récente de nouveaux contenus supplémentaires à la rentrée.

Et, pour combler les heures creuses, du casual sur Kongregate et Facebook.

Same shooter play again?

Pour en revenir à la question première, à savoir “Derrière chaque blogueur se cache-t-il un gamer ?”, je suis assez d’accord avec sa réponse: les jeux vidéos sont devenus, en une quarantaine d’années, un des médias sur lesquels s’appuient les cultures de l’imaginaire. Peut-être est-ce même un des médias les plus aboutis dans ce sens, puisque mélangeant narration, design, film et interactivité.

Après, je suppose qu’on peut aimer lire de la SF ou de la fantasy sans pour autant être un joueur fanatique, mais je doute qu’il existe, dans notre petit monde des blogueurs de l’imaginaire, quelqu’un de moins de cinquante ans qui n’ait jamais touché aux jeux vidéos.

(Image: Kungfuman via Wikimedia Commons sous licence Creative Commons Share-Alike.)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 commentaires sur “Jeux vidéo: et toi, t’es un gamer ou bien?”

%d blogueurs aiment cette page :