Eva Can't: Febbraio

Eva Can’t: Febbraio

Découvert en 2017, le groupe italien de rock progressif Eva Can’t m’avait plutôt fait forte impression avec son album Gravatum. Ils reviennent en ce début d’année, mais avec un EP intitulé Febbraio.

Eva Can’t est un groupe qui fait un rock progressif moderne, avec une grosse influence metal progressif, mais surtout avec une base de RPI (Rock Progressivo Italiano), ce qui inclut un chant en italien très lyrique.

Qui dit EP, dit album plutôt court: cinq pistes entre quatre et cinq minutes, vingt-cinq minutes et total et pis c’est tout. Febbraio a été enregistré en une seule session et ça se sent dans l’intensité de certaines pistes.

Le mélange entre les sonorités RPI et une énergie plus metal est assez étonnant. Voire détonnant. En cela, Eva Can’t continue sur sa lancée en livrant ici un digne successeur à Gravatum.

Musicalement, on est dans un style qui rappelle le néo-prog le plus mordant, avec un son très rock et une virtuosité certaine dans les passages instrumentaux (“Februus”, notamment).

Un morceau comme “Vermiglia”, par exemple, a un petit côté “Forgotten Sons”, en plus moderne. Quant au solo de guitare de “Candele”, il est carrément metal.

Cela dit, j’ai trouvé que, sur certains passages, la voix de Simone Lanzani, par ailleurs puissante et pleine d’émotion, avait parfois du mal à suivre dans les parties plus lyriques, ce qui casse un peu les effets, notamment sur le morceau-titre – où, d’ailleurs, il growle aussi.

S’il a donc quelques défauts, Febbraio est un EP plutôt convaincant. Il est pêchu, mélodique, avec des compositions impressionnantes et je vous le recommande si vous cherchez un rock progressif qui allie remarquablement bien le moderne et l’ancien.

Vous pouvez trouver Febrraio sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo de “Vermiglia”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :