Evergrey: Glorious Collision

Glorious Collision est le nouvel album des Suédois énervés, j’ai nommé Evergrey. C’est du métal progressif qui a la rage, qui hurle contre la lumière mourante, qui se débat dans un océan de turpitude en refusant d’y sombrer et, de façon générale, passe ses nerfs sur divers instruments en nous gratifiant au passage d’une musique énergique et mélodique. Un peu à l’instar d’un Redemption, c’est puissant et sombre, torturé, mais construit avec soin.

Ce nouvel album a un gros défaut: il n’est pas particulièrement différent des précédents. Meilleur que Monday Morning Apocalypse, moins que bon que Torn ou l’énormissime The Inner Circle, Glorious Collision déroule tranquillement la “recette Evergrey”, avec talent mais sans beaucoup d’originalité. On a donc droit à un métal progressif hargneux, mais teinté d’émotions, notamment via la voix féminine de Carina Englund (épouse du chanteur).

Glorious Collision n’est pas un mauvais album; il est même plutôt bon, mais ce n’est pas l’album d’Evergrey que j’attendais. On est un peu dans le train-train et c’est dommage. Reste que c’est un groupe à voir en concert – même avec un son cradingue – pour son énergie et sa disponibilité. Ou, à défaut, sur leur album live A Night to Remember, qui est très bien.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :