Fen: The Dead Light

Fen est un groupe qui ne m’est pas inconnu; j’avais déjà chroniqué leur album Epoch il y a… pfou, dix ans, dis donc. À l’époque, je l’avais classé dans le post-black-metal. Aujourd’hui, avec ce nouvel opus, The Dead Light, c’est plus post-rock/black-metal. Pas très loin, donc.

Fen est une formation britannique – attention, il existe d’autres groupes avec le même nom – qui officie depuis plus de quinze ans. Comme beaucoup, elle a commencé dans le black-metal pur et dur avant de changer de style pour se diriger vers les frontières floues entre post-rock, post-metal et black atmosphérique.

The Dead Light est le sixième album du groupe, ce qui signifie – Epoch étant le deuxième – que j’en ai raté trois entre ces deux-là. Ça arrive. Il dure près d’une heure et compte huit pistes, donc cinq font plus de sept minutes.

Évidemment, dès qu’on a un style qui va emprunter des ambiances musicales au black-metal, il faut s’attendre à des trucs qui piquent un peu. Sur cet album, Fen ne renie pas ses origines et on a donc du growl, du scream, des grosses guitares et de la batterie en pagaille.

Mais pas seulement. The Dead Light est un album qui fait la part belle aux ambiances. À commencer par « Witness », premier morceau très post-rock de l’album. Tout au long de cet album, le groupe va naviguer entre ces deux rivages, black-metal et post-rock, tout en touchant également au post-metal et blackgaze.

Notez que le tout reste dans des parages assez voisins; musicalement, ce n’est pas vraiment le grand écart. C’est assez heureux, parce que ça donne au son de l’album une grande homogénéité, renforcée par la maîtrise des musiciens de Fen, qui connaissent le territoire comme leur poche.

Pour en rester dans les métaphores nautiques, The Dead Light est plus à appréhender comme un voyage au long cours que comme une régate. Il y a certes des passages plus brutaux – des grains, quoi – mais dans l’ensemble, l’atmosphère est plus à l’honneur que la performance.

Si vous êtes allergiques aux sonorités typiques du black-metal, il y a fort à parier que The Dead Light ne soit pas fait pour vous. Mais si vous pouvez passer outre les hurlements sépulcraux, Fen a ici de quoi vous proposer un voyage musical impressionnant. L’album est disponible sur Bandcamp.

Bonus: la (non-)vidéo de « The Dead Light, Pt. I »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :