Fields of the Nephilim: Ceromonies

Comme les morts-vivants sont à la mode, les Fields of the Nephilim ont décidé de sortir un nouvel album et, malgré mon aversion profonde pour les histoires de zombies, je ne m’en plaindrai pas: ce Ceromonies (orthographié CΣRΘMΘNIΣS, ce qui devrait se prononcer « KSRTHMTHNISS », mais passons…) est un double CD live agrémenté d’un DVD qui, pour un prix modique, permet une plongée dans l’univers gothique et tourmenté d’un de mes groupes préférés.

Les Fields, c’est quand même le groupe qui faisait déjà du métal gothique quand les membres de Nightwish batifolaient dans le bac à sable et qui était à l’époque écouté par les gens qui pensaient que The Cure était une bande de hippies optimistes. Un rock lourd, ultraplombé par des guitares et pourtant survolé par des mélodies atmosphériques de toute beauté, précurseur du post-rock et de groupes comme Alcest ou les Discrets aujourd’hui.

Je vous ai déjà causé de l’autre live, Earth Inferno, qui avait mis fin à la première partie de la carrière du groupe; c’était il y a plus de vingt ans. Aujourd’hui, Ceromonies reprend toute la carrière des Fields of the Nephilim et de Nefilim, son avatar du milieu des années 1990, avec des morceaux de Dawnrazor, The Nephilim, Elizium, Zoon et Mourning Sun. Les experts noteront la quasi-absence de Fallen, l’album maudit par Carl McCoy lui-même (seul « From the Fire » est présent).

Que dire de cet album, sinon que c’est à la fois un live et une sorte de best-of de la carrière du groupe, sur plus de vingt-cinq ans? La partie « live » n’est pas très très présente; si le public semble très enthousiaste, on a plus l’impression d’avoir un groupe qui déroule en sa présence plutôt que d’une réelle communion musicale . Peut-être que le DVD me contredira, mais je ne suis pas très enthousiaste pour le voir (rien de particulier, c’est juste que je n’aime pas les DVD de concerts en général).

La présence d’une bonne dose de morceaux venus de Zoon forme un bon contrepoint aux morceaux plus calmes et plus posés des autres albums. Pour le choix des morceaux, pas grand-chose à redire non plus: on a un peu droit à la crème de la crème, tout juste regretterai-je le manque d’homogénéité par rapport à Live Inferno, mais au vu de l’exercice, ce n’est pas particulièrement étonnant.

Si vous ne connaissiez pas Fields of the Nephilim – et je pense ici aux jeunes rôlistes qui n’ont pas connu non plus le Mur de Berlin et qui pensent que les trucs occultes et sombres, ça se sonorise avec Nightwish – Ceromonies est un excellent point de départ pour un prix raisonnable (et un packaging de folie en version CD). Ceux Qui Connaissent (dans les ténèbres) y retrouveront un des groupes-phare de l’époque avec, je pense, pas mal de bonheur.

Fuck la nostalgie: c’était bien avant et c’est toujours bien aujourd’hui!

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Didier69 dit :

    Que de souvenirs! Cela doit faire des années que je ne l’ai pas écoutés. Merci pour cette chronique je vais pouvoir me remettre FOTN sur les oreilles ;).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :