“For the Win”, de Cory Doctorow

Dans un avenir proche, des ados de Chine, d’Inde, d’Indonésie ou du Vietnam travaillent dans des jeux massivement multi-joueurs, un peu comme à la mine : ils y récupèrent monnaie virtuelle et objets légendaires, pour le compte d’intermédiaires sans scrupules – qui, eux-mêmes, font partie d’un plus vaste réseau criminel organisé. Mais, parmi eux comme dans les villes-usines de ce tiers-monde au service des pays riches, se lèvent des hommes et des femmes avec le projet fou de créer un syndicat international.

Même si je n’ai pas pu trouver tout ce que je cherchais à Montréal, j’ai ramené le nouveau bouquin de Cory Doctorow, For the Win. Tant qu’à faire, entre le train de Québec et l’avion de retour, je l’ai fini – presque d’une traite. Ce qui, au vu de la taille du bouzin, donne déjà une idée de sa qualité.

Autant ses romans « normaux » sont biens, mais sans plus, autant à la lecture de celui-ci ainsi que celle de Little Brother, j’ai l’impression que le créneau « jeunes adultes » sied particulièrement bien à Cory Doctorow : ses personnages ont de l’énergie à revendre, de l’intelligence et la touche de naïveté nécessaire aux vrais révolutionnaires (au sens noble du terme : ceux qui veulent changer les choses).

Certes, on a un peu l’impression d’avoir le casting parfait de génies en culottes courtes, entre la génie tactique de quatorze ans, le gosse de riche rebelle, l’optimisateur ultime de raids ou la web-activiste chinoise et ses millions de suivantes, mais si ce sont des personnages d’exception, ils évoluent aussi dans un monde réaliste qui ne leur fait pas de cadeaux.

J’ai surtout été impressionné – plus encore qu’avec Little Brother – sur le côté didactique de For the Win : non content de décrire l’univers des « meuporgues » et surtout leur côté obscur (le gold farming, la spéculation ou les pratiques des grandes compagnies qui contrôlent ces univers persistants), Doctorow nous fait un exposé magistral sur l’économie mondiale, les mécanismes de spéculation. En même temps, je ne sais pas si cet aspect théorique ne risque pas d’être un tantinet indigeste ; personnellement, cela ne m’a pas trop gêné, mais je ne suis (théoriquement) pas le public-cible, non plus.

À chaud, je dirais que For the Win est un ouvrage juste un ton en-dessous de Little Brother, ce qui revient à dire qu’il est juste très bon : amusant, geek, politisé et riche en rebondissements, c’est une excellente lecture pour l’été. Ce d’autant plus que, comme les autres, il est téléchargeable gratuitement sous licence Creative Commons.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur ““For the Win”, de Cory Doctorow”

%d blogueurs aiment cette page :