Gazpacho: Missa Atropos

Encore un album de Gazpacho ! Ça devient une manie. Rectification : encore un très bon album de Gazpacho que ce Missa Atropos. Si vous n’aviez pas suivi les quelques épisodes précédents, apprenez que Gazpacho est un groupe de rock progressif norvégien, tendance néo-prog, qui rappelle beaucoup les premiers temps de Steve Hogarth avec Marillion.

Laissons de côté le Night at Lorelei précédemment chroniqué, qui était, comme son nom l’indique, un album en concert : ce Missa Atropos est à rapprocher de Tick Tock et pas seulement parce qu’il s’agit d’un concept-album. OK ; aussi : la cohérence des thèmes musicaux dans les deux albums est évidente et le style musical est très proche. C’est peut-être le seul défaut, d’ailleurs.

Cela dit, Missa Atropos est plus sombre, plus mystérieux, ce qui a sans doute à voir avec son thème: une messe pour Atropos « l’implacable », la plus âgée et la plus inflexible des Moires, déesses grecques du destin. On retrouve fréquemment, en bruit de fond, quelques extraits d’émissions de ces « number stations » qui mystifie tant les conspirationnistes.

C’est d’ailleurs assez surprenant comment Gazpacho, tout en gardant un style aisément identifiable et très similaire, dans ses grandes lignes, parvient à créer deux albums avec des ambiances si distinctes. Missa Atropos est la nuit là où Tick Tock est le jour.

Alors certes, Gazpacho – comme beaucoup de groupes de prog – ne s’aventure pas très loin de ses terres de prédilection ; pour la prise de risque, on repassera ! Mais, dans le cas présent, on peut se demander s’il s’agit réellement d’un manque d’originalité ou d’une identité affirmée.

Mais, entre la voix de Jan Henrik Ohme, toujours aussi fine et puissante, et la remarquable construction musicale de cet album, ce serait limite criminel de passer à côté. Missa Atropos est un des grands albums de prog de 2010 à n’en pas douter.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :