Geekgasm au Musée de l’air du Bourget

Je dois admettre un attrait immodéré pour les avions en général et les engins bizarres, prototypes et autres anomalies de l’ingénierie aérospatiale, attrait qui tend à flirter avec le fétichisme suspect. Tout ceci pour dire que ma visite aujourd’hui au Musée de l’Air du Bourget, près de Paris, a failli m’obliger à changer de pantalon.

Nous avons commencé par un petit tour en extérieur, où sont exposés plusieurs avions de ligne, de même que quelques avions de combat, tel que le seul prototype du Mirage 4000. Puis, un petit tour dans un hangar, pour y voir et y visiter non pas un, mais deux Concorde. Un autre hangar à côté accueille quelques engins de la Seconde Guerre mondiale.

Les choses sérieuses commencent dans le corps principal du bâtiment, avec les engins de l’Entre-deux guerres (dont un Pou du Ciel) et, enfin, la salle des prototypes français. Dans le désordre: Mirage III VTridentGriffonLeduc 010 et Leduc 022Triton et autres engins uniques avec parfois des looks à la Flash Gordon; il manque presque le Coléoptère (il figure dans la salle des maquettes), mais c’est déjà suffisant pour me faire faire plein de petits bonds partout.

À la limite, le reste de la visite — couvrant les débuts de l’aviation et la Première guerre mondiale — est presque terne, en comparaison. L’impressionnante galerie de maquettes rehausse le niveau. Rien que pour la collection de protos que ce musée contient, ça suffit largement à mon bonheur.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :