Cellar Darling à Meyrin

Geisterwald / Chaoseum / Cellar Darling à Meyrin

Donc, après cinq jours au Salon du livre, un passage à Lausanne pour l’AG de 2D Sans Faces, ce dimanche soir, retour à l’Undertown de Meyrin pour le concert de Cellar Darling, accompagnés de Chaoseum et de Geisterwald. Soirée 100% suisse, donc.

Un jour, je dormirai. Si ce con de Caramel arrête de vouloir gratter à la fenêtre à trois heures du matin. Bref.

Et on commence avec Geisterwald, un duo de metal indus chant-batterie avec une blinde d’instruments enregistrés. J’avoue que je suis toujours un petit peu gêné par cet aspect « instruments invisibles » et là, l’absence d’au moins un guitariste fait franchement louche.

Geisterwald (metal indus, Suisse) en concert à L’Undertown de Meyrin (Suisse), le 5 mai 2019. Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Cela dit, Geisterwald propose un metal très visuel: canon à confettis, prothèses de membres arrachés, crucifix à serpentins fluos. Sans parler des musiciens, engoncés dans leurs tenues (et accessoires) pseudo-SM avec masque à gaz. Ce qui ne gâche rien, le groupe a bénéficié d’un très bon son, clair et fort comme il faut.

Même si ce n’est globalement pas mon style, il y avait des choses sympas musicalement. Et surtout, pas mal de patate.

C’est ensuite au tour de Chaoseum. Ceux-là, je les avais déjà vus au dernier Female Metal Fest – mais, a l’époque, ils avaient une chanteuse. Aujourd’hui, c’est le dénommé C.K. Smile qui tient le micro, avec son sourire malsain au rasoir. Il ne dépareille pas au milieu des autres musiciens et de leurs scarifications post-apocalyptique.

Chaoseum (metalcore mélodique, Suisse) en concert à L’Undertown de Meyrin (Suisse), le 5 mai 2019. Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Ce soit, j’ai trouvé leur set plus mélodique qu’il y a six mois, plus pêchu aussi. Les deux guitaristes – sans bassiste – alignent les morceaux de bravoure sur une base de metal mélodique classique avec des relents de metalcore.

La prestation de Chaoseum a été plutôt courte, mais intense. J’ai été étonné qu’elle ne rencontre pas plus l’adhésion du public – pourtant composé d’une forte proportion de metaleux. Le groupe aurait mérité un soutien plus franc.

Bon, on va mettre ça sur le compte de la fin de semaine et, surtout, de l’attente de Cellar Darling. Un gros nettoyage plus tard et le groupe-vedette de la soirée arrive sur une scène épurée, avec également des tenues sobres – contraste maximal avec les deux formations précédentes.

Cellar Darling, c’est donc un groupe issu du départ d’Eluveitie de Merlin Sutter (batterie), Ivo Henzi (guitare et basse) et Anna Murphy (chant, flûte, vielle à roue). À vrai dire, c’est surtout cette dernière qui domine la scène, dont elle partage l’avant-plan avec le guitariste.

Cellar Darling (metal-folk progressif, Suisse) en concert à L’Undertown de Meyrin (Suisse), le 5 mai 2019. Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Le groupe va se lancer dans un set d’un peu plus d’une heure, consacré au nouvel album, The Spell, dans sa première moitié, puis au précédent, This Is the Sound, dans la deuxième. Le groupe a une approche scénique « tout pour la musique » et enchaîne les morceaux comme à la parade; il faut bien attendre le premier tiers pour qu’Anna discute un peu avec le public.

Ce n’est pas plus mal: déjà très intense en elle-même, la musique de Cellar Darling prend une dimension vraiment impressionnante en live, appuyée par une batterie phénoménale et une guitare mordante à souhait. Alors certes, ce n’est pas la grosse dinguerie sur la scène, ni dans la salle, mais on est quand même bien pris dedans.

Cellar Darling (metal-folk progressif, Suisse) en concert à L’Undertown de Meyrin (Suisse), le 5 mai 2019. Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Le concert se termine sur un “Redemption” (de l’album This Is the Sound) exceptionnel où Anna finit littéralement à genoux et le public repart avec des étoiles dans les yeux ; il est onze heure trente, on est encore techniquement en week-end et c’est bien.

Comme souvent avec les concerts de l’Undertown, on a une programmation impeccable, avec trois groupes qui, chacun dans leur style, était bien au taquet. Les éclairages étaient impressionnants, le son nickel. Et, comme souvent hélas, la salle était seulement à moitié pleine.

Personnellement, ça me désole un peu, parce que des concerts de metal – et de prog-metal, et assimilés – à Genève, on n’en a pas tant que ça. Et du coup, si les musiciens savent qu’ils vont jouer devant une salle à moitié vide, ils risquent d’y réfléchir à deux fois.

Heureusement, si on en croit une remarque de Cellar Darling, ils sont au moins bien reçus; l’hospitalité suisse n’est pas un vain mot.

Plus sérieusement, j’en appelle ici aux Genevois (et alentours) qui lisent ces lignes – par mill… par cent… nombreux. L’Undertown, c’est bien: il y a de bons groupes, du bon son et même des bonnes bières locales. Viendez!

En attendant, ma galerie de photos est sur Flickr, sous licence Creative Commons.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur “Geisterwald / Chaoseum / Cellar Darling à Meyrin”

%d blogueurs aiment cette page :