Gorgon: Titanomachy

Gorgon: Titanomachy

Depuis le temps, vous devriez connaître mes petites lubies: quand on me recommande un album, j’ai tendance à acheter d’abord et écouter ensuite. J’avoue, ce n’est pas toujours une stratégie gagnante, mais dans le cas de Titanomachy, de Gorgon, ça s’est avéré être une plutôt bonne idée. Pour le coup, la recommandation ne vient pas de Fred Bezies – même s’il en a aussi parlé – mais d’un des lecteurs du blog, Alopex.

Gorgon, c’est un groupe de death-metal symphonique, qui rappelle quelque peu des groupes comme Dimmu Borgir ou Septicflesh ou, de plus loin, Blind Guardian avec du growl. En général, on s’attend à voir un tel groupe débouler de Scandinavie, d’Allemagne – voire de Grèce – mais ce sont bien des Français, même des Parisiens, derrière ce bouillonnant concept.

Si je dis “concept”, c’est bien parce que Titanomachy raconte une histoire. Comme son nom l’indique aux hellénistes, elle implique des Olympiens qui vont aller poutrer la tronche aux Titans, dans une œuvre en huit pistes et quarante minutes, dont la dernière, “Elysium”, compte pour un bon quart de l’ensemble.

Évacuons tout de suite les points qui fâchent: si vous cherchez de l’originalité à tout crin, passez votre chemin! Gorgon ne sort pas vraiment des sentiers battus; à vrai dire, cette branche du metal tient beaucoup de la route nationale, voire de l’autoroute mineure. Seulement, ils s’y engagent avec l’équivalent de la batmobile version The Dark Night, abreuvée au nitrométhane et pilotée par les Spartiates de 300 en furie.

Oui, c’est une image pour dire que Titanomachy, fidèle à son titre et à son concept, poutre un max. On a droit au combo gagnant du metal qui tabasse et de l’orchestration symphonique qui tabasse aussi, le tout mis en valeur par une production qui tabasse et, en prime, un visuel de pochette qui tabasse aussi. Ajoutez aussi une pointe d’inspirations orientales, histoire de faire exotique.

Dans ce Titanomachy, tout est bon. Au minimum. Il y a une belle volée de morceaux de très haute tenue, certes pas particulièrement innovants, mais extrêmement bien foutus. Il y a également une poignée de pistes excellentes, à commencer par “Arising Thunderlord”, “Ashes and Blood”, “Titans Unleashed” ou “Everlasting Flame of Olympus”.

Pour un groupe dont c’est le premier album, ça sent quand même le professionnalisme en béton, avec une production pour adultes. Le seul défaut est mineur: il faut passer par les “grosses” plateformes – celles qui riment avec “mes thunes”, par exemple – pour l’obtenir. Mais il en vaut la peine: c’est une galette qui n’a rien à envier aux grands noms du genre.

(Petite note de service: le blog a connu une interruption d’environ quarante-huit heures entre lundi et mercredi, pour des raisons mal définies – les cristaux de dilithium étaient corrompus ou le chat qui a joué avec le capaciteur de flux quantique et l’a envoyé sous le frigo. C’est maintenant de retour, mais il semble que le serveur soit moyennement stable. Donc ne paniquez pas sur Blog à part semble faire du yoyo ces prochains temps.)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires sur “Gorgon: Titanomachy”

%d blogueurs aiment cette page :