Médias pour les nuls: spécial terrorisme

Guide de survie médiatique pour temps obscurs

Je n’ai pas spécialement envie de parler de l’actualité récente – genre, du début de cette semaine – mais au hasard de mes flux, j’ai vu passer un bref document qui mérite d’être partagé: le Breaking News Consumer’s Handbook: Terrorism Edition, que l’on pourrait traduire par “Les Médias pour les Nuls: Spécial Terrorisme”.

C’est produit par l’émission de radio américaine On the Media, sur WNYC (un satellite de NPR, la radio publique américaine), à laquelle participe la journaliste Brooke Gladstone, auteure d’une BD traduite en français sous le titre La machine à influencer.

Par les temps qui courent, ses conseils valent de l’or et, en parlant de traduction, voici celle proposée par Étienne, un de mes contacts sur Facebook, et complétée par mes soins, avec l’aimable autorisation des auteurs:

Souvenez-vous que, dans l’immédiat, à peu près tout le monde va se planter. Les attaques terroristes sont prévues pour semer chaos et confusion. Même avec la meilleure méthode possible, les médias, les témoins et les gouvernements auront besoin de temps pour être au clair sur les faits.

Comme toujours, ce sont les sources locales, non anonymes et vérifiées qui offriront la meilleure info. La plupart des sources d’information vont se baser sur des données de deuxième ou de troisième main. Attendez d’avoir des rapports vérifiés et de confiance, venant de ceux qui savent vraiment ce qui se passe.

Au milieu de toutes les déclarations contradictoires, se concentrer sur des rapports cohérents.

Plus le commentaire est empreint d’émotion, moins l’info est fiable. La pensée rationnelle est essentielle dans ces moments-là, de même qu’il est essentiel de se rappeler des leçons de l’histoire.

N’accordez vraiment aucune attention aux politiciens ! Des incidents de ce genre sont de pain bénit pour les experts en manipulation politique, surtout en période électorale, et les politiciens de tout bord auront tendance à vouloir avancer leurs propres agendas.

Dans les faits, examiner les références de tous les “experts” présumés. Ce n’est pas parce que quelqu’un a travaillé pour le gouvernement que c’est un expert en terrorisme, même si c’est pour la CIA ou une autre agence de renseignement.

Attention au langage utilisé par les médias :

  • “Le cerveau des attentats” : dote les terroristes de plus de pouvoir qu’ils n’en ont réellement;
  • “…sophistiquées” : surestime grossièrement un plan pourtant bien chaotique;
  • “…sans précédent” : il y a quand même assez peu de nouveauté dans les méthodes terroristes.

Systématiquement, des populations et religions entières seront désignées comme bouc-émissaires. Ignorez ça !

Résister au partage/retweet par réflexe. Le nombre de partages N’EST PAS un gage de qualité et nuit gravement à la précision du propos. Même les utilisateurs de des réseaux sociaux les mieux intentionnés peuvent se tromper. Mieux vaut attendre que partager un mème trompeur, qui pourrait avoir des conséquences négatives. Et d’ailleurs, de façon plus générale…

Soyez patient… Dans tous les cas, le développement de l’information prendra du temps et il y aura des erreurs. Donnez à l’information le temps de se développer et laissez ceux qui ont été touchés le temps de récupérer et de répondre à leur manière, au moment qu’ils le souhaiteront.

En bonus, voici l’image résumée de ce texte, à diffuser et à partager sans modération:

Médias pour les nuls: spécial terrorisme

De tels conseils relèvent du sens commun, mais malheureusement une des caractéristiques du sens commun est de ne pas être aussi commun que ça.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires sur “Guide de survie médiatique pour temps obscurs”

%d blogueurs aiment cette page :