Harry Dickson contre le Carnoplaste!

Alias échaudé craignant la bière tiède, c’est avec une réticence qui s’est avérée mal placée que j’ai fini par attaquer les fascicules Harry Dickson édités par le Carnoplaste et signés de la plume de Robert Darvel (qui n’avait d’ailleurs pas hésité à spammer ce même blog pour fourguer sa came; qu’il en soit, une fois n’est pas coutume, remercié).

Ce n’est peut-être pas très élégant de faire des comparaisons, mais, l’échaudage était dû en grande partie aux pastiches signés Gérard Dôle, qui m’avaient laissé une impression plus que mitigée. Dans le cas présent, je suis nettement plus convaincu par ces histoires, souvent abracadabrantes et facétieuses.

Je ne saurais trop dire à quoi c’est dû. Peut-être au fait que l’auteur a repris le schéma de création originel: à l’origine, les histoires de Harry Dickson étaient de très mauvais feuilletons écrits par un auteur allemand et traduites par Jean Ray, mais ce dernier en a vite eu marre et s’est mis à inventer des histoires sur la base des titres et des illustrations originelles.

Robert Darvel s’inspire donc des illustrations surréalistes d’Isidore Moedùns (qui lui impose également une courte accroche et un titre bien absurdes) et brode une histoire d’une trentaine de page au format 20×27 cm. C’est donc à une sorte d’exercice de cadavre exquis auquel est convié le lecteur.

Ceci mis à part, il ne faut pas trop non plus en demander: ça reste très tarabiscoté, pas crédible pour deux sous (ce qui était sans doute le coût des histoires à l’époque) avec des personnages très caricaturaux. Mais il y a de l’entrain dans ces histoires, ainsi qu’une écriture volontairement alambiquée, mais qui saura amuser les esthètes.

Je suppose que les puristes de Harry Dickson trouveront à redire à la démarche et à ses résultats; pour ma part, je trouve l’exercice plutôt réussi, sur la base de la semi-douzaine des fascicules que j’ai déjà lus (sur les dix parus). Le plus gros défaut de cette collection est qu’il est difficile de se la procurer localement (i.e chez les libraires de Genève et alentours), mais elle est commandable via le site du Carnoplaste.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 commentaires sur “Harry Dickson contre le Carnoplaste!”

%d blogueurs aiment cette page :