The Healing Road: Backdrop

Il y a des jours comme ça où, au hasard d’un mot-clé, on découvre des trucs bizarres. Témoin un article de Progressive Area sur Backdrop, le dernier album en date de The Healing Road, décrit comme étant « pour les fans de Mike Oldfield ». C’est en même temps très vrai et très optimiste.

The Healing Road est le projet du multi-instrumentiste allemand Hanspeter Hess, qui est visiblement un fan absolu du grand guitariste anglais, puisque ce Backdrop ressemble comme deux cordes de guitare à… ben, imaginez quelqu’un qui remixerait Tubular BellsHergest Ridge, Ommadawn et Incantations, en prenant les sonorités oldfieldiennes pour faire un nouvel album.

Backdrop, c’est un peu ça; OK, c’est beaucoup ça: deux longs morceaux (là encore, à la manière de) qui s’inspirent tellement des albums en question qu’ils reprennent carrément les mélodies et maniérismes de Mike Oldfield. L’auteur avoue avoir eu l’idée en lisant une interview de ce dernier, où il parle de l’enregistrement de Tubular Bells.

Du coup, c’est un album qui est très difficile à juger: d’une part, c’est extrêmement bien foutu et tout fan de la période en question ne peut qu’être en transe devant ce qui pourrait être un « album perdu » de la période 1973-1978 (mais avec une vraie production moderne quand même) et, d’autre part, l’exercice est sur le fil du rasoir, entre l’hommage et le plagiat pur et simple.

J’ai trouvé cet Backdrop très bon, dans l’absolu, avec même des moments d’excellence, mais je n’ai jamais réussi à me départir d’un sentiment sous-jacent de me faire un peu avoir, de céder au plaisir d’un pompage pur et simple (insérez ici sous-entendu scabreux). C’est dommage, parce qu’il y a un réel talent derrière cet album – et pas seulement celui de son glorieux modèle.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Roboduck dit :

    Effectivement, le mot « ressemblance » est un peu faible dans ce cas. Mais c’est du bon travail, à n’en pas douter.
    Roboduck Articles récents…Les aventures rocambolesques de Sigmund FreudMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :