Hypocras: The Seed of Wrath

Cela faisait un moment que mes contacts genevois me vantaient le folk-métal de Hypocras, un groupe local. J’ai donc profité du concert du début de ce mois pour acheter leur album, The Seed of Wrath, afin d’entendre une version de leur musique qui ne soit pas écrasée sous les décibels.

Posons tout de suite les choses: Hypocras n’est pas un clone d’Eluveitie. Déjà, c’est un groupe qui est beaucoup plus métal que folk, la seule concession à ce genre étant la présence d’un flûtiste. Présence d’ailleurs fort conséquente: je ne dirais pas qu’on n’entend que lui, mais il est clairement le point focal des morceaux.

The Seed of Wrath est un album au format très classique: dix pistes, un peu plus de quarante-deux minutes, avec des morceaux oscillant entre trois minutes et demie et un peu moins de six minutes, à l’exception de l’intro façon film de barbares.

Le métal d’Hypocras est lui aussi très classique: gros riffs plombés, rythmique à l’uranium appauvri et voix death pur growl. Et, donc, flûte: celle d’Arnaud Aebi est clairement l’intérêt premier du groupe, celle qui lui apporte une touche d’originalité, un son particulier. Sur The Seed of Wrath, elle sonne particulièrement bien – peut-être trop, surnageant au-dessus d’une production par ailleurs un peu brouillonne.

Je vais être honnête: je ne suis pas spécialement un fan de ce genre de musique. C’est réalisé de façon plus qu’honnête, mais mon petit cœur fragile de prog-head a parfois un peu de mal avec le gros métal gras qui tache. À vrai dire, Hypocras me rappelle la bande dessinée Germain et nous et, notamment, le groupe de rock qui avait intégré le premier de la classe à la flûte traversière.

Mais The Seed of Wrath est un album qui se laisse écouter et qui a un côté festif et généreux. Comme en plus on peut le trouver sur Bandcamp à prix raisonnable, il n’y a pas de raison de ne pas y jeter une oreille.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

4 réflexions au sujet de “Hypocras: The Seed of Wrath”

  1. > Hypocras me rappelle la bande dessinée Germain et nous

    Ça, c’est un très bon argument pour m’y faire jeter une oreille, voire les deux. 🙂
    Ceci dit, j’ai pas encore écouté tout l’album, mais il y manque quand même le petit je ne sais quoi qui me rendrait le groupe vraiment intéressant. Là, même avec la flûte, j’ai l’impression d’avoir déjà écouté ça ailleurs.

    Répondre
  2. Et zut, encore des morceaux sympas (j’aime bien la flûte sur fond de métal) où tout se casse la g… dès que le chanteur ouvre la sienne.

    Ils devraient faire comme Nightwish et Imaginaerum : systématiquement offrir une version instrumentale.

    Répondre
    • En fait, plus j’y pense, plus je me dis que le growl fonctionne bien, mais en contrepoint d’une voix claire. C’est en partie pour cela que j’aime mieux Eluveitie qu’Hypocras, en plus du fait que c’est plus varié et mieux intégré pour la partie folk.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :