Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002
« Infinités », de Vandana Singh

« Infinités », de Vandana Singh

Un professeur de mathématique obsédé par l’infini et qui voit des anges, un femme qui découvre qu’elle est une planète, un explorateur sur Mars qui fait une étrange découverte… Voici quelques-uns des protagonistes que décrit Vandana Singh dans son recueil de nouvelles, Infinités.

Car les histoires de Vandana Singh, autrice indienne qui vit désormais aux États-Unis, sont surtout des histoires de gens. Et, par « gens », j’entends des personnes souvent d’extraction modeste, qui se retrouvent face à l’inattendu.

La quasi-totalité des personnages de ce recueil sont Indiens, ou d’origine indienne; ce sont souvent des femmes, d’ailleurs. Delhi sert régulièrement de décor – voire de protagoniste – aux nouvelles. On y retrouve souvent le thème de la pression sociale, de la tradition qui définit leur vie – et parfois leur mort.

La plupart des nouvelles ne sont pas vraiment de la science-fiction, mais plutôt un fantastique à minima, cousin du réalisme magique. Parfois, ce fantastique ne se révèle qu’à la toute fin de l’histoire. Et, justement, c’est ce fantastique, cet inattendu, qui permet aux protagonistes de sortir du carcan de leur condition.

Même quand Vandana Singh s’intéresse à une histoire de plus « pure » SF, comme Les Lois de la Conservation, on garde cette impression d’un fantastique à minima, par petites touches – et la coloration indienne. C’est peut-être un peu moins le cas des Trois contes de la rivière du ciel, qui sont des récits mythologiques transposés dans un contexte interplanétaire.

Plus fantastique que science-fiction, Infinités présente une brillante palette de nouvelles, complétée par un court Manifeste spéculatif qui présente la vision de l’autrice par rapport à la « fiction spéculative ». Un petit glossaire permet également de mieux comprendre les termes typiques de l’Inde qu’utilise Vandana Singh.

De façon générale, j’ai beaucoup apprécié ce recueil. Je n’ai pas envie de jouer la corde de l’exotisme, mais la coloration culturelle indienne est pour beaucoup dans l’impression de fraîcheur et d’originalité que j’ai éprouvée en lisant ces textes.

Je recommande donc fortement sa lecture.

D’autres avis chez Lune, qui m’a fait découvrir cet ouvrage, Nébal, Juste un mot et Apophis, entre autres.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur “« Infinités », de Vandana Singh”

%d blogueurs aiment cette page :