Irrwisch Terminal, une nouvelle dans l’univers de Tigres Volants

Bon, je ne vais pas continuer à tourner autour du pot (blague eyldarin) plus longtemps: la nouvelle dont je vous parlais en début de semaine est en ligne, sous le titre Irrwisch Terminal. J’avoue: le titre n’est pas vraiment l’élément qui me satisfait le plus dans ce texte.

L’histoire, en résumé, c’est une enquête sur une navette partie d’un cargo de Singapore, en orbite autour d’Irrwisch, charmante planète de la Frontière, et qui n’arrive jamais à sa destination. Elle implique un des responsables de la sécurité de ce qui est sans doute un des starports les plus complexes de la Sphère et une jeune agent highlander qui débarque comme un chien dans une partie de pêche à la dynamite (le jeu de quille, ce n’est pas trop le style de l’endroit).

Je ne vous cacherai pas que c’est un peu sexe, parce qu’on ne se refait pas.

Maintenant que ceci est posé, je vous invite à lire le bouzin; il est même dispo en PDF, pour ceux qui ont des liseuses. Ce n’est pas très long: moins de 10 000 mots. Si vous avez un avis, donnez-le: je ne me suis pas auto-labelisé Créatif grande gueule juste pour faire joli!

Je sens déjà que le contexte doit être passablement obscur pour les gens qui ne sont pas dans ma tête ou, à défaut, qui n’ont pas lu Tigres Volants. Après, si je la laisse dans le contexte en question, ce n’est pas très gênant, mais comme l’idée est aussi de faire des textes qui puisse être lus par un peu plus de monde que les douze pelés qui ont acheté et lu le jeu, c’est moins pratique.

De façon plus générale, au vu de ma manière de procéder sur ce texte – à savoir complètement à l’arrache, sans le moindre plan initial, avec environ dix minutes de réflexion préalable (au total) et très exactement une relecture globale –, je me doute que ça a de grosses chances d’être de la merde en barre. Ou en texte.

En toute honnêteté, hormis les détails susmentionnés, j’aime bien ce texte. Ce qui est probablement une mauvaise chose: je risque de mal prendre les critiques et partir du principe que j’ai raison et que tout le monde à tort. Je me connais – et certains des lecteurs de ce blog pourront sans doute raconter quelques histoires horrifiques sur ce thème.

Mais bon, il est temps de se lancer, alors balancez la purée, même pas peur!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

6 réflexions au sujet de “Irrwisch Terminal, une nouvelle dans l’univers de Tigres Volants”

  1. Après avoir eu la flemme de commenter ton premier billet sur l’idée de l’écriture, je me rattrape.

    Commençons par le début : c’est très sympa. Disons-le en premier et gardons-le à l’esprit pour les remarques suivantes.

    Ton style est toujours pareil à lui-même, tu nous arrache un sourire toutes les deux lignes et un rire tous les paragraphes. Cela se fait parfois au prix de la lisibilité de l’intrigue dans le cas présent – une plus grande clarté serait nécessaire pour des lecteurs tout-venant.

    On a grand plaisir à retrouver le bestiaire de Tigrou et même son arsenal. Revers de la médaille, le lecteur non avisé encaissera de plein fouet des Snivels et d’autres lézards sans même comprendre que les protagonistes ne sont pas humains.

    Tu abordes toujours les chocs de cultures – et les belles aventures, oui Mylène – avec un raffinement succulent. Hélas, ceci met de côté les Grands Thèmes de la Science Fiction (pléthore de majuscules s’il vous plaît) qui sont pourtant traités avec profondeur et originalité dans Tigrou.

    Enfin, il est très plaisant de vadrouiller dans un scénario digne d’un jeu, aux joueurs dissipés, aux annexes en tout genres et condors. Au demeurant, les deus ex machina – infos sorties de nulle part et ennemis assez sympa pour agir de manière irrationnelle – nuisent à l’ensemble.

    Maintenant, le final : pourquoi dis-je tout ça ? Car j’aurais grand plaisir à voir des romans estampillés Tigres Volants à la Fnac. Ces derniers temps voient grouiller les romans Warhammer 40k, Halo, Mass Effect, et j’en passe. S’ils sont (hélas) souvent très mauvais, ils signalent tout de même qu’un vaste public existe pour ce produit d’un genre nouveau : facilement accessible et ouvrant les portes d’un univers de loisir (ici le jeuvidéo). Ce serait donc l’entrée en matière idéale pour rentabiliser TV (qui n’était pas le plus gros succès commercial de la décennie ais-je crus entendre) et attirer un peu des jeunes gens dans les boutiques de jeu de rôle.
    La demande est là et tu as largement la matière – grise entre autre – pour nous pondre du très bon.

    MJ – qui répond volontiers à toute question ponctuelle ou débat sur son avis contestataire.

    Répondre
    • Merci pour ce retour! Je suis encore loin de l’écriture de romans dans l’univers de Tigres Volants – surtout quand on considère que la gamme ludique va bientôt s’arrêter – mais je mentirais si je disais ne pas y penser.

      Répondre
      • Un plaisir.
        Par contre, que lis-je ? la gamme qui s’arrête ? Il n’y a pas un lupanar qui se prépare à faire son coming-out ?

        MJ

        (correction de mon post précédent : *”aux joueurs dissipés, aux annexes en tout genres et consorts”. Les lecteurs auront corrigé d’eux-même)

        Répondre
        • Si, la campagne sera le prochain, mais précisément, sauf réussite de niveau Over 9000, ce sera le dernier de la gamme “officielle”.

          Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :