James LaBrie: Static Impulse

Je n’irai pas par quatre chemins: Static Impulse, dernier album de James LaBrie, poutre. Il poutre même grave, comme on dit de nos jours.

Je suppose que les plus assidus d’entre vous auront reconnu le nom de James LaBrie, pour les autres je mentionnerai qu’il s’agit du chanteur de Dream Theater, qui prête souvent sa voix à de multiples projets divers et qui a également à son actif quelques albums “solo” (disons plutôt, sous son nom à lui). Static Impulse est largement le plus convaincant du tas.

L’album explore une facette du métal progressif plus brutale que ce que fait Dream Theater d’habtude; je la comparerais volontiers – toutes proportions gardées – à ce que fait Redemption: une musique rageuse et remplie d’énergie, servie par une brochette de musiciens doués et un étonnant duo vocal constitué de LaBrie lui-même et du batteur Peter Wildoer, qui offre un contrepoint growl/scream à la voix si caractéristique. Ça surprend et c’est une bonne chose.

C’est d’ailleurs marrant, mais les trois premiers titres, “One More Time”, “Jekyll or Hyde” et “Mislead” pourraient résumer l’album, tant du niveau musical qu’en terme de qualificatifs. C’est vraiment du gros métal progressif, mélodique mais brutal, avec les hurlegrognements de Wildoer pour renforcer l’impact. Pour ceux qui ont un peu du mal avec cette agressivité, des morceaux comme “Euphoric” renouent avec un style que n’aurait pas renié Dream Theater. Bon sang ne saurait mentir.

Static Impulse déroule ses douze morceaux (plus deux bonus, mais comme il s’agit de versions démo, on peut aisément les ignorer) sur le même mode: métal prog agressif et mélodique, point et contrepoint. Si, au fil des morceaux, la surprise s’émousse quelque peu, il reste que ce sont douze sacrément bons morceaux (notamment “I Need You”, “Who Do You Think I Am” et “This Is War”), servis par d’excellents musiciens, le tout en quatre ou cinq minutes – le calibre parfait pour la radio, si les radios avaient la moindre once de goût musical.

Si vous avez encore besoin d’être convaincu, allez piocher sur le site de l’animal. Pour ma part, ma religion est faite: Static Impulse est une excellente surprise pour un non moins excellent album de métal progressif.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. metllvr dit :

    J’avais étonné agréablement par cette sortie. Je me l’attendais à ressembler de près le style de Dream Theater, mais non – c’est different et c’est bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :