Japan Expo / ComicCon 2012

Désolé pour ce hiatus de quelques  jours, mais j’étais dans mon élément naturel : la convention de geeks. En effet, cette année, grande première : je me retrouve dans un salon comme la Japan Expo / ComicCon de Paris sans la confuse impression de ne pas être exactement à ma place – outre que d’être aux côtés de mon épouse, s’entend.

La raison en est que, dans la Japan Expo / ComicCon, il y a la ComicCon, consacrée plus aux bandes dessinées américaines et européennes, et, au sein de cette même ComicCon, un fort contingent rôliste, au sein duquel j’ai pu taper l’incruste pour présenter quelques petites parties de Tigres Volants.

Pour vous donner une idée de la taille du bazar, rien que la partie rôlistes, représentée par la communauté Opale et la Ligue Ludique, avait déjà la taille d’une convention de taille moyenne, avec pas loin d’une trentaine de tables. Et c’était juste un des stands de l’événement – et même pas le plus gros.

Au reste, le terme « bazar » est assez approprié à cet événement et à ses boutiques prêtes à vous vendre tout et n’importe quoi – avec une préférence très nette pour n’importe quoi, tout au moins de mon point de vue : répliques d’armes en pot de yaourt, peluches et t-shirt plus ou moins hideux, kimonos à l’authenticité douteuse et autres fanfreluches radioactives. Bon, après, c’est clair que, si j’aime bien l’univers manga et anime, j’ai beaucoup plus de mal avec tout le carnaval qui va autour.

Le fait est qu’à côté de la partie Japan Expo, d’un gabarit franchement massif, il y avait carrément une deuxième halle pour la ComicCon (et les jeux vidéos, qui prenaient aussi une place conséquente). Cette partie ComicCon hébergeait également les productions amateurs dans un espace vaste et plutôt bien aménagé ; rien à voir avec les ghetto des années précédentes. On comptait aussi pas mal de stands pour les « web-séries » comme Flanders Company ou Noob, qui étaient régulièrement blindées de monde.

Ce qui m’amène à la partie jeu de rôle, qui, pour le meilleur et pour le pire, n’était pas loin. Le meilleur : on avait pas mal de trafic ; le pire : on était en face d’une scène qui, de temps à autre, diffusaient des épisodes sur grand écran et, surtout, grands hauts parleurs. Le concept de cloisonnement des activités bruyantes n’est visiblement pas encore arrivé dans ces contrées.

Malgré cette ambiance, que l’on qualifiera de difficile par amour de la litote, l’espace jeu de rôle a attiré du monde – et même du beau monde, au vu de la présence de plusieurs auteurs (des vrais, ceux-là), comme Brand, Footbridge ou le Grümph. J’ai pu faire quatre parties « bande-annonce » de Tigres Volants (deux par jours) ; un peu plus d’une heure pour chaque partie, c’est efficace et, franchement, il me paraissait difficile de faire plus. Jouer dans une telle ambiance, malgré la bonne volonté des joueurs, c’est dur !

Il manque encore deux-trois trucs pour faire de cette Japan Expo / ComicCon un réel évènement rôlistes, mais on s’en approche. Un meilleur cloisonnement – ou, à tout le moins, un positionnement éloigné du bruit ambiant – serait un bon début. Il faudrait aussi que l’endroit soir plus facile d’accès : arriver le jeudi fut épique, avec quatre RER bondés et donc inaccessibles et deux heures de queue (billets en poche) pour arriver à l’entrée, faut vraiment avoir la foi !

Cela dit, gros coup de chapeau à l’équipe d’Opale, qui s’est plié en douze pour accueillir décemment les volontaires – auteurs et GROGistes – venus faire jouer les masses otakesques et qui s’est activée sans faillir pour trouver des joueurs. Bravo et merci !

La Japan Expo n’est pas exactement une expérience que j’aimerais renouveler chaque année. Peut-être que je n’ai plus l’âge de ces conneries… Mais, pour cette année, c’était loin d’être inintéressant.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Zarcania dit :

    Je suis pas d’accord avec toi sur le coté positionnement éloigné du bruit ambiant.
    La ou il y a du bruit, il y a du passage et donc des joueurs potentiels.
    Il ne faut pas replonger dans le travers de rôlistes dans un coin loin de tout ou personne ne va.
    Ce qui m’a plus c’est justement qu’en se baladant on tombait sur ce coin !
    Le mettre à l’écart revient à attirer ceux qui connaissent déjà.

    • Alias dit :

      Je te l’accorde: c’est un catch-22. Soit on est dans un coin passant, on a plein de joueurs potentiels et beaucoup de boucan, soit on est dans un coin plus calme où personne ne passe.

      Je reste cependant persuadé que la scène web pile en face, c’était brutal, surtout avec une régie son un peu trop enthousiaste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :