Jouer science-fiction, c’est dur!

Parmi les traditionnelles discussions de convention, une question qui est revenue souvent ce week-end pendant Octogônes, c’est celle de la difficulté de jouer de la science-fiction. Le fait est que, dans leur immense majorité, les joueurs semblent préférer le médiéval-fantastique (D&D, Warhammer) ou le contemporain fantastique (L’Appel de Cthulhu, les jeux White Wolf).

Le fait est aussi que, dans l’absolu, la science-fiction n’est pas forcément le genre le plus abordable en jeu de rôle. Même si, en son temps, Phil Foglio avait son propre point de vue sur le sujet, le fait est que la science-fiction a un certain nombre de paradigmes qui rendent les choses plus complexes – en apparence tout du moins.

Le premier, c’est qu’on se retrouve le plus souvent dans un contexte beaucoup plus grand et beaucoup plus complexe. En général, un contexte de science fiction consiste en une tripotée de planètes, des nations évoluées avec leurs propres lois et leur bureaucratie, des races et des cultures exotiques, sans même parler d’éléments transnationaux ou transculturels (corporations, alliances, guildes, religions). Ce qui implique des relations entre ces différents intervenants.

Pour le MJ, le problème est double: assimiler et comprendre le contexte en question, pouvoir donc improviser dessus et ne pas être pris au dépourvu quand un joueur lui demande s’il n’y a pas des conflits entre les missionnaires de la secte plactorziques et les mœurs polygames de Fragtaniens dans le secteur C26, et surtout parvenir à transmettre l’information à ses joueurs sans donner dans l’infodump façon conférence académique (présentation PowerPoint en option).

Le deuxième point est le niveau de puissance des personnages. La science-fiction, le plus souvent, est un genre où pullulent les substituts phalliques à grand spectacle: vaisseaux spatiaux équipés d’épluche-planète de série, décapsuleurs atomiques portables qui vous rasent une ville sans bouger les oreilles, prothèses ou améliorations génétiques qui font du personnages un athlète, un Appolon et un prix Nobel en puissance (mais pas de la paix, rapport aux substituts phalliques sus-mentionnés), systèmes d’information qui savent mieux que tout le monde (et qui ne trollent même pas).

Du coup, comment faire en sorte de gérer des personnages qui vont, tôt ou tard, obtenir ce genre de gadget. Ne nous leurrons pas: le fétichisme du rôliste lambda est légendaire et l’acquisition d’un matériel à faire baver une armée de taille moyenne fait partie de l’évolution « naturelle » d’un personnage de science-fiction. N’oublions pas également un point bien plus important dans un univers de science-fiction qu’ailleurs: l’accès à l’information, qui devient tout naturellement ubiquitaire dans un contexte futuriste (c’est déjà un peu le cas maintenant).

Le troisième point est également un corollaire du second, c’est que souvent, l’univers semble beaucoup plus petit quand on a des vaisseaux spatiaux (ou des seuils de téléportation) qui permettent de couvrir des distances énormes en peu de temps. Les personnages sont beaucoup plus mobiles, l’important n’est plus le voyage, mais la destination.

Du coup, le MJ se retrouve, en science-fiction, à devoir gérer un contexte immense et complexe – souvent sous-tendu par des principes directeurs fondamentalement différents de nos normes actuelles –  et qui en même temps est aisément et rapidement accessible aux personnages. De plus, il doit gérer ces mêmes personnages ayant – chacun – accès à la puissance de feu d’une nation mineure. Assez rapidement, le risque de se retrouver avec une bande de géants maladroits dans un magasin de porcelaine apparaît de plus en plus probable.

Mais rassurez-vous: ce n’est pas si compliqué qu’il n’y paraît et j’y reviendrai dans un prochain article. Avec des solutions. Promis.

(Image par Seth Dennon, sous licence Creative Commons non-commercial share-alike CC-NC-SA)

Naviguer dans cette série

Jouer science-fiction, c’est facile!

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Chassegnouf dit :

    Est-ce que tu penses que c’est vraiment lié à la science-fiction ? Tu penses que les gens ont du mal à jouer à Star Wars (D6 ou D20) ? Moi je me rappelle de grosses approximations dans la gestion des voyages de systèmes en systèmes qui devenaient des formalités au lieu d’être une part du scenario à part entière. Dans le même esprit, j’ai toujours trouvé qu’il y avait énormément de mal pour le joueur à s’imprégner de la réalité d’un monde ne serait-ce que médiéval, pire encore dans un monde fantastique avec des « races » bizarres, de la magie omniprésente.

    • Chassegnouf dit :

      En ce qui concerne la chasse à l’équipement par exemple, d’une part il ne faut pas oublier dans quel univers évolue Gros Bill ^^ et d’autre part, je trouve que cette soif de biens matériels se ressent non pas dans les jeux les plus futuristes mais dans les univers simplement cyberpunk où justement on peut donner libre court à notre imagination dans un contexte pas très différent du notre.

  2. Je me joint au commentaire de Chassegnouf ; attention à ne pas confondre SF et Space Opéra. En l’occurrence, les problèmes que tu évoque n’ont pas vraiment lieu d’être dans un univers post apo, cyberpunk, ou proche-futuriste.

    Néanmoins, je suis d’accord avec tes remarques, même si le grobillisme donjesque peut aussi poser ces problèmes. Téléportations et force de frappe incroyable ne sont pas rares passé le niveau 15 de D&D.

  3. Alias dit :

    J’ai volontairement forcé le trait.

    La suite demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :