Jour J: Opération Charlemagne

En 1943, la guerre entre la Grande-Bretagne et la France fasciste se poursuit depuis maintenant plus d’une année. Si les Anglais gardent la maîtrise des airs et des mers autour de leurs îles, les troupes françaises sont victorieuses au Proche-Orient. C’est dans ce contexte que commence Opération Charlemagne, dix-huitième tome de la série de BD uchroniques Jour J.

La particularité de ce nouvel album est qu’il se situe dans la continuité d’une uchronie précédente, Omega – continuité qui devrait connaître une conclusion que l’on devine peu riante dans un prochain album, intitulé Le Crépuscule des damnés. Ce qui répond à une de mes critiques récurrentes de cette série: un format court peu adapté au développement d’uchronies.

L’histoire suit Léo Berger, un des rares pilotes français qui a choisi l’exil en Angleterre pour éviter de servir le régime fasciste de Laval. Au cours d’une mission de reconnaissance, il est abattu et se réfugie, avec ses précieux clichés, chez une aristocrate qui, coïncidence, doit accueillir en son domaine une représentation de l’Orchestre de Moscou.

L’ambiance de cet Opération Charlemagne rappelle les films de guerre des années 1960, avec tous ses poncifs: le pilote caché par une jeune et jolie femme, la police secrète à ses basques qui n’hésite pas à recourir aux pires exactions pour obtenir des aveux, la vie culturelle qui continue, comme si de rien n’était — sauf qu’ici, ce n’est pas la France occupée, mais la France tout court.

Malgré le côté poncif et le dessin de Maza (qui officie également sur Wunderwaffen et qui, décidément, ne me convient pas), ce nouveau tome est loin d’être inintéressant. On sent chez les auteurs les fanas de l’aviation, qui n’hésitent pas à faire du name-dropping aéronautique en plus des personnalités dans des rôles plus ou moins à contre-pied (Simone de Beauvoir en ministre de la propagande).

Ces réserves mises à part, c’est donc un Jour J parmi les meilleurs de la série que cet Opération Charlemagne. J’espère que cette expérience sur un format plus long servira d’inspiration pour des prochaines uchronies.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “Jour J: Opération Charlemagne”

  1. Bonjour,

    d’accord sur l’aspect “enfin une trilogie plutôt qu’un de ces one-shot qui lance des idées d’histoires sans les raconter jusqu’au bout.

    J’avais un certain malaise devant Oméga, parce que les fascistes français arrêtaient Hitler rapidement, donnant une impression de “un régime fasciste serait plus efficace face aux menaces”.

    Les conquêtes de de Gaule dans ce tome posent un peu le même problème. En fait il y a plusieurs hypothèses très osées, et pris ensemble ça peut fâcher les pro et les anti de Gaule :
    – de Gaule était un génie tactique (dans le monde réel il a écrit un livre très en avance sur la doctrine de guerre française, mais n’a pas été longtemps général de champ de bataille ; ici, la BD en fait un égal de Rommel) ;
    – le régime fasciste aurait su exploiter ce génie que la IIIème République a sous-utilisé ;
    -de Gaule aurait accepté de se mettre au service de ce régime.

    C’est loin d’être aussi malsain que Wunderwaffen, où souvent on se demande si l’auteur veut voir les nazis gagner.

    Il faut aussi reconnaître un grand courage moral aux auteurs : depuis la WW2, la fiction américaine ET française a largement représenté les Français comme des gentils mais incapables de se battre voir lâches. La France est quasiment une demoiselle en détresse.

    Ici, la France est le méchant, et un méchant vraiment dangereux. ça change 🙂

    Répondre
    • Hello et bienvenue!

      Oui, il y a toujours un risque à représenter les régimes fascistes comme “efficaces” (en réalité, le régime nazi était un cauchemar d’inefficacité bureaucratique et de querelles de chapelle).

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :