Judge Dredd: Origins

Judge Dredd: Origins

Et me voilà donc qui me replonge dans Judge Dredd, d’une, et dans le post-apo qui tache, de deux. C’est la faute à Gromovar, qui a récemment publié un billet sur le recueil Judge Dredd: Origins. Ouais, voilà: c’est tout de sa faute!

L’idée de base, c’est que Dredd et huit autres Juges, triés sur le volet, partent pour une expédition dans les Terres maudites pour répondre à une demande de rançon ahurissante. Quelqu’un prétend retenir Eustace Fargo, le premier Juge, censément mort depuis près d’un siècle. Et les analyses du bout de peau expédié avec la demande révèlent que le porteur est bien Fargo, et qu’il est toujours vivant.

Mais, assez rapidement, dans l’histoire, les péripéties de l’expédition marquent le pas face à deux axes plus importants: l’histoire des Juges et de la Guerre atomique et, en toile de fond, les premiers doutes que le personnage de Dredd commence à avoir sur sa mission.

La quête des origines n’est pas seulement celle des Juges, mais celle de Dredd lui-même. Clone né en éprouvette à partir des cellules du Fargo en question, élevé pour être le Juge ultime, il révèle que son « père » est loin d’être le héros sans reproche que la propagande a fait de lui.

Et puis il y a aussi le côté « post-apo qui tache », comme mentionné. Judge Dredd, c’est la guerre nucléaire façon années huitante: tout est ravagé, des mutants partout et quelques rares poches de civilisations qui oscillent au bord du précipice. Virez les méga-cités et vous avez du matos pour un Apocalypse World à l’ancienne.

Et là, pour le coup, se rajoute un contexte politique et social qui explique comment l’Amérique passe de l’état de droit à un état policier où les Juges viennent prononcer des sentences immédiates, à coups de flingues si nécessaire, avant de se substituer au gouvernement. C’est d’ailleurs plutôt bien amené.

Tellement bien que la trame principale, qui revient après tout ce qui n’est qu’un immense flashback, arrive presque comme un cheveu sur la soupe. Parfois, les collisions entre les versions old-skool et nouvelle-vague de Judge Dredd, ça fait de sacrément gros grumeaux!

On retrouve aux manettes les créateurs originels de la série, John Wagner au scénario et Carlos Ezquerra au dessin (avec Kev Walker pour l’intro). Il est paru pour les trente ans de Judge Dredd, publié en une vingtaine d’épisodes entre 2006 et 2007. J’ai une petite faiblesse pour le dessin d’Ezquerra, que j’ai surtout découvert par son adaptation du Stainless Steel Rat, mais c’est un goût acquis et, objectivement, c’est parfois assez moche.

Mais l’intérêt de Origins tient dans surtout dans la narration des origines – justement – des juges, des Mégas-Cités, des Terres maudites et, partant, de Dredd lui-même. Le texte est probablement un peu moins décalé que dans les autres histoires, voire parfois sombre.

Si on s’intéresse un tant soit peu au personnage, c’est une lecture indispensable. Parce contre, je déconseille de commencer par ce volume: mieux vaut avoir un petit bagage dans cet univers très riche pour mieux l’apprécier.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Imaginos dit :

    > un Apocalypse World à l’ancienne

    J’aurais du mal à associer « Apocalypse World » et « à l’ancienne »… 😉
    Imaginos Articles récents…Le retour des super-hérosMy Profile

  2. Imaginos dit :

    Ah, mais tu sais bien que j’ai horreur de ce terme, donc ça ne va pas franchement m’affecter. 😛
    Imaginos Articles récents…Toutes les cantines sont pareillesMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :