Katatonia: The Fall of Hearts

Katatonia: The Fall of Hearts

Katatonia est un de ces groupes qui, depuis déjà plusieurs albums, me remplit d’enthousiasme par ses productions, jusqu’à ce que je doive poser mes impressions sur le papier. Non pas que leur dernier album, The Fall of Hearts, soit mauvais, mais il est si complètement dans la lignée des précédents que ça devient difficile de chroniquer sans copier-coller.

Le groupe suédois est devenu un des fers de lance du métal progressif, tendance mélancolique, quelque part entre Anathema, Porcupine Tree et Fates Warning. Il faut dire ce qui est, leur musique aux tendances doom est très bien ficelée et très accrocheuse. Mais elle peine à se renouveler.

Pour ce qui est de The Fall of Hearts, on a droit à douze pistes entre quatre et sept minutes, pour une durée totale de soixante-sept minutes. La plupart des morceaux sont du genre lents ou mid-tempo, mais avec quelques très belles accélérations, à commencer par le lumineux « Serein ».

Le souci, c’est que ces fulgurances sont somme toute rares dans cet album et, pour le reste, on a droit à des titres qui peinent à se distinguer les uns des autres. Alors c’est quand même Katatonia et l’ensemble est réalisé avec compétence.

On ne s’ennuie pas vraiment à l’écoute de The Fall of Hearts, mais c’est plus parce qu’il est bien fait que parce qu’il est vraiment varié. Il coule tout seul, mais donne une impression de lisse, voire de creux.

Reste donc quelques belles pièces, comme « Serein », « Residual », « Serac » ou « Last Song before the Fade » – pour ce dernier, il est dommage qu’il se poursuive par « Shifts » et son chœur de sirènes d’alerte, je n’aime pas les sirènes d’alerte.

En conclusion, The Fall of Hearts est plutôt un bon album, du fait qu’il s’écoute sans efforts et propose quelques belles pièces. Personnellement, je soupçonne que Katatonia est un peu prisonnier de son style et a livré ici un album facile. Peut mieux faire.

En bonus, la vidéo de « Serein »:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. iceman dit :

    Et voilà un groupe que j’avais complètement laissé de côté depuis….ouh la

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :