Kingcrow: Eidos

Kingcrow: Eidos

À écouter Eidos, on pourrait croire que Kingcrow est un groupe scandinave ou britannique, à la limite américain, tant leur métal progressif contemporain rappelle Pain of Salvation, Riverside, Threshold, Fates Warning ou Dream Theater. Surprise: ce sont des musiciens venus de la région de Rome qui nous livrent cet album plutôt enthousiasmant.

Kingcrow propose ici un métal progressif qui navigue élégamment entre « métal » et « progressif », avec des incursions vers la pop contemporaine – celle qui ne fait pas honte quand on l’écoute. Ce n’est pas forcément très brutal, ni très complexe, mais ça joue avec élégance de l’alchimie entre les deux styles.

Eidos compte dix pistes d’un plutôt beau gabarit: entre quatre et huit minutes, avec quatre morceaux dépassant les sept minutes – ce sont d’ailleurs parmi les plus réussis de l’album, mais à dire vrai, il y a redoutablement peu de déchet. Parfois, l’album flirte avec le rock alternatif, mais ce n’est pas très gênant.

Il est peut-être un peu lent à démarrer, mais, à partir de « Slow Down », le groupe enquille les morceaux d’anthologie. Bon, ce n’est pas toujours ultra-nerveux, mais c’est souvent très intense, comme sur « Open Sky », « The Deeper Divide » ou « At the Same Place ». On sent que Kingcrow peut s’appuyer sur des musiciens talentueux.

C’est encore une fois grâce à Angry Metal Guy – que leur nom soit mille fois flattré – que j’ai découvert cet excellent album. Je le recommande avec enthousiasme à ceux qui cherchent du rock progressif moderne ou du métal progressif pas trop métal. Il est disponible sur Bandcamp pour $10.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Quand j’ai vu le nom du groupe, j’ai toute de suite penser à un vieux jeu vidéo, Hexen II dont le boss de fin était Eidolon.

    Je vais écouter, histoire de voir ce que ça donne 🙂

    Merci pour la découverte.

    • Alias dit :

      De rien.

      « Eidolon », c’est aussi le nom d’un groupe que j’avais chroniqué il y a quelques mois – et aussi le nom d’entités hostiles dans la série de romans « Le triptyque Milkweed ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :