Klone: Black Days

Qu’il est difficile, quand on est un calembourdiste impénitent, de résister à plaisanter sur le nom des Français de Klone quand on chronique Black Days, leur dernier album. Il faut dire qu’à première écoute, la musique de Klone ressemble beaucoup au métal progressif façon Tool: même construction chaotique des morceaux, mêmes jeux de guitare et de basse, même goût pour les pochettes torturées.

Sauf que Klone n’est pas qu’une simple kopie (oups…): par certains côtés, le métal de Klone est nettement plus primal, notamment par des vocaux ultra-agressifs, limite hurlés, qui rappellent un peu le métal énervé d’Evergrey ou même un autre groupe français de grands subtils, j’ai nommé Gojira. On trouve même, au sein du chaos sonore de morceaux comme “Spiral Down” ou dans l’instrumental “Closed Season” (trop bien, mais trop bref), des ambiances que ne renierait pas Indukti.

Depuis le temps, vous me connaissez: quand je commence à comparer un groupe avec Indukti, ça promet du bon. Pas forcément du délicat, cela dit, et ce Black Days est un album qui tabasse bien comme il faut, sans pour autant se départir d’une complexité et d’une technique certaine. C’est pas du métal pour noobz, fait s’accrocher à ses oreilles, même avec des morceaux relativement calmes du genre “Give Up the Rest”, qui fait très fort dans la déconstruction.

On notera également la reprise de “Army of Me” de Björk, qui m’a fait rire principalement parce que le morceau – repris par Skunk Anansie – est également présent (central, même) dans la bande originale de Suckerpunch. Je ne sais pas ce que vaut la version originelle de Björk, mais je doute qu’elle soit aussi brutale que celle de Klone, qui elle-même est déjà plus brutale que celle des punkettes du film.

Alors certes, il n’y a rien dans ce Black Days qui n’ait pas déjà entendu à gauche ou à droite, une fois ou l’autre, mais le (mauvais) traitement que Klone fait subir à ses multiples influences donne au final un album plutôt original, très puissant et primal, mais également intelligent et aux ambiances superbement travaillées. C’est évidemment encore un candidat au titre d’album de l’année qui date d’il y a un an, mais je commence à avoir l’habitude.

Quoi qu’il en soit, si vous l’aviez raté jusqu’ici, c’est le moment de la séance de rattrapage: Klone m’a konvaincu.

Oups…

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “Klone: Black Days”

  1. La version de Army Of Me dans Sunker Punch est la version de Bjork qui était déjà un partenariat avec Skunk Anansie dans l’album de l’époque, seulement remixé par Skunk Anansie pour être plus longue et coller aux images du film. Elle est cependant très proche de la version album originale, avec un gros passage instrumentale en plus vers la fin.

    La video de Bjork était très amusante aussi, bien cyberpunk.

    Ghislain

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :