La cuisine eyldarin

Tiens, encore un petit bout de contexte en droite ligne de mes fichiers de la “campagne lupanar”. Vu que l’action se déroule en grande partie dans une auberge eyldarin (avec eau courante à tous les étages), je suis allé replonger dans mes archives moisies de l’époque Fils des Étoiles pour remettre au goût du jour un petit texte sur les habitudes culinaires des Eyldar. Ça ne mange pas de pain. Ha! Ha!

S’il y a bien quelque chose de frustrant dans les coutumes culinaires eyldarin et, dans une moindre mesure, atalen, c’est bien leur inexistence apparente. Certes, parler de « cuisine eyldarin » est à peu près aussi absurde que de parler de « cuisine terrienne » : chaque peuple, chaque planète, voire chaque clan a des pratiques qui lui sont propres. En plus de cela on peut presque dire que chaque Eylda et chaque Atalen a ses propres habitudes.

Il y a d’une part l’habitude de manger quand on a faim ; Eyldar et Atlani ont en général une connaissance suffisamment fine de leur métabolisme pour savoir quand ils doivent manger. D’autre part, les membres d’une même famille se réveillent souvent à des heures différentes, fort éloignées les unes des autres, soit pour des raisons professionnelles, soit le plus souvent par préférence personnelle. Difficile dans ce cas de faire un repas pour chacun.

On peut cependant souligner quelques points communs : elle est essentiellement composée de mets pouvant se préparer rapidement, facilement, et se conserver longtemps, et elle joue beaucoup sur le mélange différentes saveurs. Pour résumer, les repas eyldarin sont le plus souvent simples et sobres, mais quand l’occasion le permet c’est une débauche chaotique de saveurs, où le but du jeu est de reconnaître quels sont les différents mets qui se cachent dans la préparation. Dans les repas où on attend des hôtes non-eyldarin, la nourriture est présentée séparée, et ce sont les invités qui composent leurs plats à leur convenance.

À vrai dire, les différences culturelles se cachent le plus souvent dans la variété des ingrédients utilisés, qui peuvent inclure des éléments tels qu’écorces, fleurs, insectes, etc.

Les habitudes de table

Les Eyldar ne mangeant que très rarement à une table digne de ce nom, l’étiquette culinaire n’est pas vraiment leur point fort. En fait, un repas eyldarin s’apparente plus à un buffet qu’à autre chose : les plats et boissons sont disposés à portée des convives, qui se servent et/ou servent les autres, sans formalité ou cérémonie particulière.

En guise de couverts, les Eyldar utilisent surtout leurs doigts, ainsi que le tarist, un couteau court dont le manche recourbé peut également servir de cuillère. Le tarist est un des premiers objets personnels que possède un Eylda ; on le lui offre en général dès l’âge de 40 ans. Un tarist est un outil fort cher, confectionné à la main, qui est censé durer une vie – et la plupart le font, d’ailleurs. Un tarist n’est jamais utilisé comme arme.

L’alcool

On dit souvent que les Eyldar supportent mal l’alcool. C’est vrai, mais surtout lorsqu’il est ingurgité en grande quantité. Eyldar et atlani confectionnent bon nombre de boissons alcoolisées plus ou moins fortes : bières, vins et eaux-de-vie.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Thias dit :

    Le corollaire logique d’avoir peu de repas en commun, c’est que la nourriture n’a pas un rôle social aussi important que chez les humains. La question est donc, quel autre activité remplace les repas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :