La fontaine de médiocrité

Monsieur le Chien est un artiste qui me fascine. Il a une forme d’humour desprogiens qui fait qu’on ne sait trop s’il est vraiment un gros réac’ ou un gros blagueur. Plus vraisemblablement, les deux.

C’est un peu apparent dans ses bandes dessinées “classiques”, comme Féréus Le Fléau ou Didier Barcco, mais surtout dans ses planches sur Internet, regroupées dans ce nouvel album, La fontaine de médiocrité.

Disons-le tout de suite: je ne suis pas fan de tout, principalement parce que le Chien a souvent l’humour trash. Mais, dans le genre décalage et hyperbole, il y a de sacrés morceaux de poilades dans ce recueil. À commencer (enfin, plutôt “pour finir, vu qu’elle est vers la fin du bouquin) par la série sur les rôlistes et les autres joueurs qu’ils n’aiment pas.

En fait, rien que le titre est une profession de foi: le Chien s’y dépeint comme un Français ultra-moyen, menant une vie de loser fantasmé, avec sa fille (future tueuse psychopathe), sa femme et ses collègues. On le confond avec une moon boot, on le tabasse régulièrement et ses tentatives de drague sont pathétiques.

Si on nest pas totalement allergique à son humour particulier, La fontaine de médiocrité est une bande dessinée bien décalée, une série de sketches passablement à la masse. C’est également un bon moyen pour soutenir le webcomic de son auteur.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “La fontaine de médiocrité”

  1. Connaissant bien MLC depuis bien longtemps (découvert sur son site de l’époque et avec ses blagues sur les fonctionnaires), c’est un plaisir de voir qu’il propose aujourd’hui un recueil de certaines de ces dernières. Je ne pensais pas que Alias goûtait à l’humour du chien et c’est plaisant de constater que si. En même temps, vu les références dans Tigres Volants, j’aurai dû m’en douter…

    Répondre
    • Je ne goûte pas à tout son humour, mais j’ai quand même un peu toutes ses bédés.

      Je préfère quand même Féréüs et Didier Barcco.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :