La méthode Zaitoichi contre la méthode spaghetti

Dans son dernier billet en date, Éric Nieudan, biclassé rôliste/romancier, parle de sa méthode d’écriture, dite méthode Zaitoichi. Je vous la fais courte: l’idée est de vaincre l’angoisse de la feuille blanche en écrivant “à l’aveugle”: sans voir d’écran ou de support. C’est plutôt malin et, pour moi qui n’ai absolument aucune méthode d’écriture sinon de jeter des mots sur le premier traitement de texte venu, ça m’impressionne toujours un peu.

En y réfléchissant, je me disais que mon problème – très actuel avec la campagne lupanar – est plutôt l’inverse: l’angoisse de la page noire. En d’autres termes, je dois revenir sur des pages déjà écrites pour y corriger des choses et je me trouve comme hypnotisé par ce qui est présent. Un peu comme si je me disais que, maintenant que c’est écrit, c’est bon; on ne va pas revenir dessus.

Cela dit, c’est un peu le même problème que décrit Éric: ne pas arriver à progresser dans une histoire, les idées bloquées par ce qui existe déjà. Du coup, je me dis que je devrais peut-être essayer une technique similaire, en décomposant les modifications à faire en en s’y attaquant, l’une après l’autre, sur une page blanche et virginale.

Ça se tente.

(Image sous licence Creative Commons 0 / domaine public via Pixabay)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur “La méthode Zaitoichi contre la méthode spaghetti”

%d blogueurs aiment cette page :