Lacuna Coil: Broken Crown Halo

Le groupe italien de nu-metal (plus ou moins) progressif Lacuna Coil fait partie de ces formations envers lesquelles j’ai un sentiment un peu ambigü et leur nouvel album, Broken Crown Halo, ne fait pas grand-chose pour dissiper cette impression. Le problème n’est pas tant qu’il fasse de la mauvaise musique, mais plutôt qu’ils font un peu toujours la même.

Le métal de Lacuna Coil repose sur un duo de voix, masculine et féminine (à la manière des récents albums de Nightwish), et sur une approche moderne, subtilement influencée par l’électro et le rap – un peu comme Faith No More ou Linkin Park, mais en moins marqué. C’est une alchimie particulière, mais elle prend bien et la plupart des morceaux de Lacuna Coil ont un bon équilibre entre toutes ces influences.

Le défaut, c’est qu’avec onze pistes oscillant entre trois minutes et demie et un peu plus de six minutes, on a rapidement fait le tour de l’affaire et, d’une part, les morceaux commencent à se ressembler, mais il devient difficile de savoir si on écoute bien le dernier album ou un des précédents. Pourtant, on ne peut pas dire que Lacuna Coil sorte ses albums en rafale et se contente, pour gagner du temps, d’appliquer toujours le même modèle: un tous les deux ou trois ans, ça reste raisonnable.

Bon, je dois avouer que c’est un sentiment qui est plus du domaine de l’impression que de l’observation objective et impartiale. Et que ça ne m’empêche pas non plus d’apprécier la musique de Lacuna Coil, particulièrement sur ce Broken Crown Halo, qui reste très agréable à écouter. Par contre, du coup, j’ai un peu de mal à vous recommander un morceau plutôt qu’un autre: aucun ne se démarque particulièrement, en bien ou en mal.

En résumé, Broken Crown Halo est un bon album de Lacuna Coil – ni plus, ni moins. Les amateurs de métal gotho-progo-nu y trouveront leur compte, les autres risquent de moins apprécier sur la longueur.

Bonus: la vidéo de « Nothing Stands in Our Way », piste qui ouvre cet album:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :